des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Bilan 2012

31 December 2012 à 18:20

C’est l’heure des bilans! Lalalilalèreu!

Je viens faire un petit saut, le temps du bilan. J’en ai fait ma petite tradition et je la trouve chouette alors du coup, ben oui, je remets cela.

Dur de le faire cette année encore, puisque je n’ai strictement rien pondu ici depuis très exactement 12 mois… je vais devoir faire appel à ma super mémoire de temps des fêtes pour récapituler les 12 derniers mois, voyons, voyons, hum, hum, voici ce que ça donne… Ah oui! Premièrement, j’ai réussi mon défi de l’année: faire 50 tours de hula hoop. Drette en janvier c’était tout réglé. Parle-moi de t’ça des beaux défis qui se gèrent rapidement.

Au 31 décembre 2011 je me donnais quelques autres défis, j’en ai réussi quelques uns, comme passer du bon temps de qualité avec Coquinette, faire du sport, avoir des défis professionnels, guérir mon dos-jambe. Le dos va mieux, je recommence à courir tranquillement, mais pas autant qu’avant. Je marche encore sur des œufs, c’est fragile et je dois encore travailler beaucoup pour retrouver ma forme d’avant. Lentement mais sûrement! (Là tu le vois pas, mais je me croise les doigts, j’ai vraiment envie que ça soit réglé pour de bon).

J’ai fait à peine et j’aurais voulu en faire davantage: pêcher, jouer du violon, courir, faire du vélo. Vélo c’est pathétique, je n’ai fait que du Bixi et encore… si peu. Aucune escapade vélo en 2012, la honte…

J’ai complètement passé à côté: les randos (les vraies là, sur des grosses montagnes) et les voyages. Ça me rend triste mais c’était nécessaire, l’un pour aider mon dos, l’autre pour aider mon porte-monnaie.

En décembre 2011, je terminais un programme court en pédagogie et j’étais bien fière de moi. Comme j’avais passé les 3 années précédentes à combiner les études, le travail et être parent, je me suis dit que si je désirais faire la maîtrise, c’était le moment où jamais. Une fois que le beat est acquis, ce serait un peu nono de ne pas surfer dessus. Me suis donc inscrite où j’en avais envie, et début janvier j’étais toute ouïe et tout sourire sur les bancs d’une nouvelle école. Je ne sais pas si cette école est plus exigeante que la précédente. Quand je regarde les travaux que je produisais avant, ils sont pourtant bien étoffés… mais je rame davantage, ça c’est sûr. Peut être je suis juste rendue… vieille… ahah! On dirait vraiment que chaque session est plus ardue que la précédente. J’ai passé malgré tout la session d’hiver la larme à l’œil parce que je me sentais exactement là où je devais être, bien à ma place. Je n’ai pas manqué un cours, même si c’était de soir, après la job, après avoir affronté la slush et le froid… et ça a porté fruit, j’ai terminé avec une moyenne de A+. Vlan pour le doute que je me suis dit. J’ai dont ben bien fait de passer mes lundis ici plutôt que pas là. Ensuite, j’ai suivi un cours d’été en dehors de mon programme.

En septembre je voulais tester les MOOC (massive open online course) alors j’ai suivi un cours de statistiques ici pour devenir bilingue en statistiques. J’ai adoré mon expérience. Mon prof était fabuleux, le site est bien fait et il y a plein de ressources pour ceux qui veulent en profiter. Bref, bien contente de mon expérience et je vais remettre ça. En ne me mettant pas trop de pression cependant. Pour moi c’est une chouette façon de passer ses soirées, mais j’ai pas envie de ramer pour des notes, je fais déjà des études ailleurs. Genre. Je vous encourage à aller voir le choix de cours, c’est vraiment gratuit, les sujets sont super diversifiés, c’est une super belle opportunité pour se tester la discipline quand on envisage un retour aux études, ou pour perfectionner son anglais, pour en apprendre davantage sur un sujet qui nous a toujours intrigué (par exemple, là, je fais astronomie du coin de l’oeil. Je le fais pas comme il faudrait; la grippe m’a réquisitionné des bouts de cerveau, mais je trippe quand même à me faire parler de sphère céleste). Pour avoir un bon résumé de la patente, vous pouvez aller visionner ici une vidéo de la co-fondatrice qui explique comment le site fonctionne.

Ensuite, retour dans mon programme pour l’automne. À cause du cours d’été, contrairement aux autres années, j’étais pas top shape. J’ai calculé, il y a longtemps déjà, que j’ai suffisamment d’énergie pour faire 2 cours par année. Pas 3… 2. Le cours d’été, c’était un pari avec moi-même et j’ai joué avec le feu. Le travail à temps plein et être parent ça tire déjà beaucoup de jus. J’ai besoin de mon été pour me remettre de mon année. Ceci menant à cela, j’ai trainé de la patte tout l’automne, pour terminer avec la super grippe à la mi-décembre. D’habitude je suis forte et je n’attrape pas grand chose. Là je paie… j’espère juste vraiment avoir assez de repos d’ici la fin de mes vacances pour être solide cet hiver.

Depuis l’entrée à l’école de Coquinette, ma vie a complètement changée. Ça correspond avec une rupture amoureuse, un nouvel emploi et un déménagement. Cette nouvelle vie là me plait beaucoup. Coquinette a le verbe facile, on marche beaucoup ensemble et on en profite pour discuter, ce sont des moments très agréables. Elle lit beaucoup aussi, elle s’est découvert un intérêt pour les romans, du coup moi toute fière-pet, je lui ai fait un coffre à surprises de romans. Pis j’me force! Je fais des recherches sur ses auteurs préférés, je regarde les suggestions littéraires pour son groupe d’âge. Quand c’est pas disponible ici, qu’à cela ne tienne, je m’arrange pour les commander.  Enfin bref, quand Coquinette aime bien quelque chose et que j’aime bien qu’elle aime ça ben ziou mon ami! J’encourage!

2012, j’ai continué les cours de chant, ils me font du bien. Mais j’suis pas ben ben bonne par exemple… pas ben ben. J’ose chanter euh… pendant mes cours, dans ma douche et quand je suis pas mal sûre que les voisins sont absents. C’est que je suis timide… vraiment beaucoup, et j’ose pas, à part devant Coquinette (et là je fais tout ce que je peux pour la faire rire ou pour l’embêter alors ça ne doit pas compter n’est-ce pas?), chanter devant les gens. Mais j’aime chanter! Et je découvre un paquet de trucs sur moi, mon corps et ma voix. Elle me dit plein de choses, ma voix, maintenant que je sais l’écouter. Me dit si je suis joyeuse, si je manigance un rhume, si je suis fatiguée, ou pire; crevée. Me dit si je pratique assez ou pas, hum, hum… si j’ai bien mangé, bu du lait, vu la physio. Des fois je commence et… hé boy! J’suis dont ben soprano, qu’est-ce que c’est ça? D’autres fois, comme là, dans mon post-complications de grippe, je suis euh je sais pas… euh, alto? Beaucoup plus grave que ma petite voix habituellement aiguë. C’est très drôle et ça m’amuse beaucoup. Cet automne un cours de chant m’a sauvé plusieurs jours d’angoisse. J’avais vécu un évènement stressant dans la journée, les exercices qu’on a faits m’ont permis de respirer comme du monde et de me remettre sur pieds rapidement. Enfin bon, des fois, les cours de chant, c’est ma médecine en même temps.

Je fais encore un peu de violon mais de moins en moins. Ça me brise le cœur mais mon cou ne suit pas. Je peux faire une petite demie heure par-ci par-là, genre aux mois. Assez pour m’émouvoir, mais pas assez pour m’améliorer. Même pas assez pour garder mon niveau. C’est un deuil que j’ai de la misère à faire. J’aime beaucoup mon instrument et j’aimerais avoir le pouvoir de m’améliorer pendant encore des années. Oh well…

J’ai des plans d’écriture depuis des années, des plans que j’ai mis en plans, pour une année au moins encore. Les études me tirent tout mon jus d’écriture et elles me rendent sérieuse. J’ai de la misère à me faire rire en écrivant, alors qu’avant j’y arrivais facilement. J’attends que ça passe… j’espère qu’un jour ça passera. En attendant, j’ai des calepins qui me suivent partout où je vais, plusieurs, au cas où. Il y a le gros, dans lequel je fais mes dessins, avec personnages précis, je n’y fais rien d’autre. Des fois Coquinette le lit et me dit que je devrais faire des livres. Elle est mimi ma Coquinette. Ce sont des gribouillis, mais ça me fait quand même plaisir que ma puce aime les lire. Un autre calepin ne contient que des dessins qui ne veulent rien dire. Un genre de journal intime juste en dessins. Je le regarde et je sais où j’ai fait tous mes gribouillis. Le dernier calepin est réservé aux répliques qui me viennent en tête et qui me font rire. Je sais pas, peut-être un jour j’aurai une dizaine de personnages qui se les partageront, peut-être que ça n’arrivera jamais aussi. J’y intègre parfois des notes au sujet d’anecdotes que j’aimerais inventer et raconter. Tout cela ne donnera peut-être jamais rien, mais en attendant, ça me donne au moins un peu l’impression que je garde mes idées en quelque part, qu’elles ne s’envoleront pas toutes pendant que je cligne des yeux.

Une autre chose qu’on aime bien Coquinette et moi, ce sont les vacances et la forêt. J’aimerais tellement avoir les moyens d’avoir une maison dans le bois un jour… tellement. Cette année on a réussi à y goûter un brin, à la maison dans le bois. J’ai loué avec ma famille, un chalet pour tout l’été, on a pu, Coquinette et moi, s’y installer 3 semaines sans arrêt cet été, puis 1 semaine avant le début des classes… en plus de quelques fins de semaines avant les vacances. Ce sont des souvenirs en or. Le matin, partir marcher avec Pépette et parfois quelques enfants (on avait parfois de la visite), le reste de la journée aller sur le lac, dans le bois, sur le quai, faire des feux, jouer au diabolo, au soccer et aux bâtons du diable… au baseball… au volleyball… faire la roue… pour nous c’étaient des moments magiques, parce que même si on aime beaucoup la ville, ben on n’en a pas de terrain à nous quand on est ici. Là les enfants du coin atterrissaient le matin sur le balcon, venaient chercher Coquinette, qui partait jouer dehors avec eux durant des heures. Du gros bonheur. Vraiment. Et de la visite! Ça aussi c’était fantastique. Comme je n’ai pas d’auto (et pas de *tousse* *tousse*, permis. Pas encore… hum hum) j’avais mis au point une formule que je trouvais chouette: je fournissais la chambre et le lit, ma visite fournissait le lift et la bouffe. Les copines et leurs enfants ont pu venir nous voir, passer quelques jours avec Coquinette (beaucoup de mes amis ont des enfants plus ou moins de l’âge de Coquinette). Aaaaaaw, c’était le fun.

J’ai l’impression d’avoir fait beaucoup moins de photos en 2012 que toutes les autres années depuis 2004. Il faut dire que j’ai beaucoup moins bougé aussi. Le chalet étant figé dans un lieu précis, je ne me suis pas vraiment promenée durant l’été. Pas d’avion, pas de train, peut-être même pas d’autobus voyageur… ouais… même pas… c’est très différent de mon rythme de vie des années précédentes. Ça concorde aussi avec une nouvelle politique financière: zéro dette. Pas que j’en avais des grosses… mais alors que j’ai géré mes avoirs avec brio jusqu’à mes 27 ans, j’avais dérapé au cours des dernières années. C’est rien de majeur, mais je ne m’accorde plus le droit de faire des écarts comme je me le suis permis auparavant. Fini. I wish… Reste que bon, là, j’ai des fourmis dans les jambes, j’ai hâte d’explorer.

Les amours, je vous en parle encore pas, pour les même raisons qu’avant. Reste que bon, même si elle est super chouette ma vie de maman célibataire là et que je l’aime beaucoup ma vie. Pis que je me sens dont libre et bien dans ma peau… ben je commence à avoir très envie de rêver et bâtir à deux. Une image m’est venue en tête cette semaine: le purgatoire. Je commence à croire que je me suis malencontreusement pognée dedans, pour je ne sais quelle raison obscure. Enfin bon, HDMV, là c’est sérieux, j’ai hâte de te connaître (et je suis quand même assez terrorisée, mais tu vas voir, avec une ‘tite bière, on s’en rendra peut-être plus compte).

Cette année j’ai fait des achats:

  • Des cours: l’université, le chant, les parascolaires de Coquinette. Après le loyer et l’épicerie, c’est ce qui accapare la plus grosse partie de mon budget.
  • Beaucoup de livres, des BD, des livres d’école, des biographies, des livres académiques, des livres pour la job, sur comment se construire soi-même une petite maison dans le bois , des livres pour Coquinette. Plein de livres!
  • Beaucoup de chasse-moustiques.
  • Un peigne à poux électrique, qui donne des chocs aux poux. Un genre de chaise électrique à bébittes, qui vient sous forme de peigne (et qui ne donne pas de choc aux enfants, bien entendu).
  • Un abonnement à Sciences et vie, que j’ai de la misère à lire au complet, parce que je manque de temps. Pour le moment j’y arrive mais mon doux, c’est presque stressant.
  • Et *tousse* *tousse*… une planche à neige pour Coquinette… Des bottes et des fixations pour moi, mais j’attends de croiser une bonne planche en liquidation avant d’acheter la mienne.

Ah, j’ai un top 5 aussi! Top 5 d’affaires que j’ai aimées en 2012:

  • Trouver le temps d’avoir un peu de vrai temps pour Coquinette. Mine de rien, ça n’arrive pas de même, facilement, du “vrai” temps. Des fois j’étudie, d’autres fois je cuisine, je fais le ménage, des fois je dors aussi! Enfin bon, du vrai temps, pour jaser, patiner, se baigner, aller faire du kayak, de la course, promener le chien. Prendre le temps, d’avoir du bon temps. Et voir sa fille grandir et raffiner sa pensée, c’est ça du “vrai” temps, pis mine de rien, c’est un cossin rare.
  • Aller marcher avec Pépette le matin au chalet et faire ma petite tournée de contemplation: lac en miroir, brume qui s’élève, perles de rosée sur la mousse au pied des arbres… et mon p’tit chien qui gambade joyeusement et qui revient (presque tout le temps) quand je l’appelle.
  • M’asseoir devant le feu le soir et regarder les étoiles en jasant avec mes amis, compter les étoiles filantes, quand j’en vois, et me surprendre chaque fois encore, du nombre de satellites.
  • Mon monde, famille rapprochée et élargie et amis proches (qui sont pour moi, pas mal de la famille aussi). Ces gens arrivent à m’endurer même quand je fais ma tête dure, que je dis des niaiseries et que je décide de faire des choix qui les embêtent. Ils m’écoutent raconter mon travail et mes études (soyons sérieux, c’est clair qu’ils s’en tapent) et m’observent élaborer des rêves impossibles, sans me dire que j’y arriverai pas. Ils croient en moi je pense, pis moi ben, ça me fait croire que je suis capable. Du coup, des fois, je me surprends à réussir, alors que tout indiquait que j’allais me planter. Parmi ces gens, il y a du monde qui me font des épiceries (c’est moi qui paie mais pas moi qui se déplace) quand je suis en fin de session, pour que je puisse étudier davantage. Il y a des gens qui viennent me chercher au travail pour me sauver une fois de temps en temps, les 45 minutes de marche pour me rendre à l’école de Coquinette.  Il y en a qui m’apportent de même, des lasagnes sur mon balcon, ou des légumes bios, parce que leur panier de la semaine était trop garni. Il y a des soies qui passent par chez moi et après avoir fait tout ça, elles acceptent même de m’écouter parler.
  • Mes ex. Dit de même ça fait peut-être bizarre, mais la bonne entente et la conciliation que j’ai avec l’un, et l’amitié que j’ai avec l’autre, sont précieuses. Ils me supportent (chacun en son sens du terme) et vraiment là, ma vie est pas mal plus le fun avec eux dedans, que sans.

En 2013 j’espère:

  • Me faire du fun avec Coquinette et continuer à lui faire découvrir le monde.
  • Faire du snow, du ski, du patin et courir dans la neige
  • Bien réussir mes cours
  • Faire plein de km en vélo
  • Monter des montagnes
  • Avoir des défis professionnels
  • Courir
  • Chanter
  • Lire
  • Voyager
  • Rencontrer HDMV (ça serait d’adon, qu’il aime la forêt, jouer dehors, la musique… et lire lui aussi. Je dis ça de même)
  • Recommencer à cuisiner beaucoup. On s’entend là, je cuisine déjà beaucoup, mais j’ai perdu la flamme, la touche. Je fais de la cuisine fonctionnelle, rapide, parce qu’on a faim pis qu’il faut manger. En 2013 j’aimerais retrouver le plaisir de la minutie de la cuisine bien exécutée. Avec vision et sensibilité.

Voilà!

Bonne année à vous. Je vous souhaite d’être forts et en santé. De faire ce que vous aimez, avec des gens avec qui vous vous entendez bien. De vous sentir bons et d’être en mesure d’aller chercher vos ressources aux bonnes places si vous en avez besoin. Bref, en santé, entourés de bon monde, et avec ce qu’il vous faut pour faire ce que vous voulez faire. Et de l’amouuuur! Je vous souhaite plein d’amour. Pis du gros plaisir charnel pis toute xx

7 Réponses pour “Bilan 2012”

  1. Marie W dit:

    Aaaaaaaaaah! Merci Peccadilles pour ce beau bilan. Une autre année pleine de bonheur pour toi et ta Coquinette! Rock on, 2013!

  2. paskal441 dit:

    Quel plaisir de te lire a nouveau! Merci !!! C est une manière forte agréable de commencer l année! Ça me rappelle l époque ou je commençais chacune de mes journées en lisant ton nouveau billet! Reviens nous , s il te plait.
    A mon tour de te souhaiter ainsi qu’a coquinette une excellente année pleine de petits bonheurs quotidiens, de jolies rencontres, de voyages et de montagnes, de réussites dans vos études respectives. A dans un an…

  3. Joëlle dit:

    Oh lala que je suis contente de lire ton bilan 2013!!!! Merci!!! Bonne année!!

  4. Joëlle dit:

    Je seconde Paskal441, reviens-nous, c’mon!!!

  5. MissMckenzie dit:

    Contente de te lire à nouveau. Ce fut une belle surprise de voir ce message dans mon google reader ce matin.
    En espérant te lire plus souvent et bonne année !

  6. Une femme libre dit:

    Quel beau bilan! Pas ennuyante votre vie en tout cas. Je vous souhaite un homme des bois pour partager votre futur chalet dans le bois avec votre Coquinette qui lit déjà des romans! Et puis un permis de conduire aussi, pas nécessaire d’avoir une voiture, mais un permis, c’est bien utile dans des tas de situations. Et plus on attend pour apprendre, plus ça devient difficile. Allez, faites-en une priorité et ça se réglera dans l’année!

  7. gayanee dit:

    Un petit bilan à mi-parcours?

    ;)

    Avec 6 mois de retard : “bonne année”! et je te souhaite de faire un très chouette bilan fin 2013 aussi!

Enregistrer un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>