des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Memo

5 January 2011

Dans la catégorie note à moi-même, je me suis trouvée pas mal brillante ce matin, quand j’ai constaté que le 23 décembre je m’étais envoyé un courriel m’expliquant brièvement où j’en suis dans mon travail et quelles sont mes priorités.

Ceci m’a permis de terminer mon plan de travail pour tout janvier avant le dîner… et de ne pas oublier que j’avais une réunion en après-midi. J’ai aussi pu contacter qui il fallait et me rappeler quelles sont mes deux priorités absolues de job pour les prochaines semaines.

Ça m’a pris 5 minutes écrire ce message en partant pour mes vacances. J’ai sauvé une grosse heure de pas-de-remue-méninges en arrivant ce matin.

J’avais pensé me faire une blague et un petit bonhomme sourire, ce qui m’a permis de constater que tsé… quand t’es habituée de te parler toute seule, il peut éventuellement arriver que tu t’émeuves de tes propres attentions envers ton futur-toi.

C’est pas des blagues là, je suis vraiment fière de mon coup.

Too much information je suppose, mais…

2 January 2011

Pour une raison qui m’échappe Pépette est toujours vraiment enthousiaste quand je vais à la toilette. Peut-être parce qu’elle se dit que moi j’assiste à chacun de ses pipis, du coup elle se doit de me rendre la pareille? J’ai le réflexe de lui dire des “bonne fille” gros de même chaque fois qu’on sort dehors, ça ne doit pas aider…. Pépette donc, over-enthousiaste, insiste pour suivre tout le monde au petit coin et fait systématiquement son show: assise, couine, saute, tourne en rond…. se tortille dans tous les sens et teste ses 98 faces cutes à la recherche d’une démonstration de sympathie de ma part, lui confirmant la nécessité de sa présence.

Je ne pousse pas vraiment le dressage, puisque mon chien est dans l’ensemble: un bon chien (gentille, qui écoute, pas trop demandante, pas bruyante)… mais tantôt, alors qu’elle faisait sa parade, j’ai eu l’idée de lui dire “Couché” les fois qu’elle se couchait.

La tannante a trouvé le moyen d’apprendre la commande en un temps record.

Si c’est pas de l’optimisation de temps ça, je me demande ce que c’est.

Si c’est pas du too much information ça, je me demande ce que c’est.

Me disais de même

2 January 2011

J’aime beaucoup les médias sociaux en général, Twitter, Facebook, Flickr en particulier. J’y écoule plusieurs minutes de ma vie et tout cela m’aura permis d’apprendre un lot hallucinant de choses dans mon domaine et par ricochet dans plusieurs domaines qui m’intéressent. J’y ai trouvé entre autres informations, motivation et amitiés… ainsi que des quantités indécentes de vidéos. N’empêche, des fois, je regarde ça d’un autre oeil, l’oeil de la fille qui a l’impression d’être arrivée au bout de l’Internet à quelques reprises déjà et je me dis que mine de rien on y écoule un lot impressionnant de moments, à espérer que quelque chose arrive. Trop de temps investi sans doute. Trop de temps à espérer que quelque chose se passe alors que souvent; c’est absurde d’immobilisme… à grands coups de milliers de tweets-updates seconde. Des milliers de déclarations, de déclarations pas répond.

J’avais oublié

2 January 2011

… que j’avais d’autres projets qui me tiennent vraiment à coeur pour 2011: me trouver un simili-coach de piscine, j’ai une cute brasse je crois mais mon crawl est abominable et je tiens mordicus à l’améliorer. Ma job déménage à côté d’une piscine mi-janvier, je vais essayer de faire 2-3 entraînements avec des meilleurs que moi et ensuite je filerai toute seule les soirs que j’aurai pas ma fille. But caché: Éventuellement, avant la quarantaine, investir dans un bon vélo et faire du triathlon. Lentement mais sûrement. Apprendre à nager comme du monde est un bon début je trouve.

Deuxième projet qui me tient vraiment à coeur: musique. C’est fou comme j’aime les instruments. Pendant le temps des Fêtes j’ai ressorti la flûte traversière de ma mère et j’ai essayé de jouer un peu. J’ai zéro connaissance je ne connais pas mes notes, je sais juste souffler dedans et me promener d’un octave à l’autre en changeant mon souffle. Même juste ça: je trouve ça beau… Objectif musique pour moi: continuer à pratiquer régulièrement et me trouver 1-2 nouvelles tounes à développer. Je ne me tanne pas vraiment de mon répertoire actuel mais je me dis que mes voisins eux, auraient peut-être envie d’un peu de variété dans le programme. Celle que j’arrive pas à arrêter de jouer ces temps-ci est la première de la trame sonore de Schindler’s List. Je suis évidemment quarante douze mille fois moins bonne que l’extrait que je vous mets. Je joue Jewish Town aussi. Vieillir a cela de bon que ça te permet de mettre plus d’émotions quand tu joues de la musique. Merci années qui passent… Projet #2 donc: musique-musique mais sous un nouvel angle, je vais me choisir un instrument. Je rêve de surtout: trompette, piano, violoncelle, base, flûte traversière ou chant. Là je fais des économies, pour l’automne prochain j’offrirai un instrument à Coquinette et moi (ben euh, 2 si c’est pas un piano). Elle je lui offrirai les cours, moi je me propose d’écouter ce que le prof a à dire et de pratiquer de mon côté sans gruger de temps. Le violoncelle est de loin ce qui me tente le plus mais… hum…. la clé de fa me fait peur!

Bilan 2010

2 January 2011

Je pensais sérieusement  ne pas le faire puisque j’avais écrit ceci il y a quelques semaines mais finalement je relis mes bilans précédents et le concept me plaît, donc voili-voilà: mon 4e bilan, celui de 2010.

Je me disais, avant de commencer à rédiger, que ce bilan ne serait sans doute pas super joyeux parce que présentement j’ai l’impression de stagner. J’trouve ça dur décembre, le gris, la fatigue, les jours courts, ma fille qui n’était pas là une partie du temps des Fêtes. Je suis une fille de famille, une de mes priorités dans la vie, c’est la famille… dur dur de ne pas aller gambader dans la neige en famille donc. Enfin, je trouve.  Une brève lecture de mon bilan de 2009 m’aura fait réaliser qu’en décembre 2009 je filais pareil. Je trouve la nouvelle fort réjouissante, ça ne serait donc pas une signe que tout stagne quand je me sens de même, c’est juste signe que c’est décembre… Enfin bref, je viens de m’auto-gratifier d’un coup de pied au derrière. Ça fait du bien.

2010 a ressemblé à quoi par ici? Je vais commencer par le sport, puisque je classe ceci dans mes réussites et que ça a pris beaucoup de place dans ma vie en 2010.  J’ai eu des années avec davantage de kilométrage à moteur mais aucune, aucune carburée au jus de pois chiches. Je n’ai pas de compteur sur mon vélo mais j’ai probablement dépassé le 1500 km, pour la course ça tourne autour de 180 km, ce qui est plutôt chouette pour une débutante qui a couru le tiers de l’année. En 2010 je me suis initiée à la planche à neige, à l’escalade et au parapente. On a couru les patinoires et les pistes de ski de fond avec mes parents et ma fille. C’était l’année de mes montagnes. Et de la course. Du cardio et des envies de voyager. Pas toutes assouvies mais bon, en 2010 je serai tout de même allée à Québec plusieurs fois, en Mauricie, à Paris 2 semaines, dans le Maine et j’aurai fait plusieurs escapades d’une journée en montagne. Toutes mes sorties en montagne ont été amusantes, j’ai profité de paysages féériques que ce soit sous la neige, la pluie ou le gros soleil. Je retiens Lafayette parce que cette sortie m’a mis dans la tête de pousser un jour pour l’alpinisme, Flume et Liberty pour le gros bonheur sale que j’en ai tiré, parce que c’est là que j’ai réalisé que j’en avais dedans et qu’en grimpant à 4 pattes sur les roches j’ai allumé que je devais absolument aller me perfectionner avec l’escalade. Les dernières montagnes que j’ai grimpées étaient de bon niveau et je les ai montées à pas de gazelle, arrêtant régulièrement pour laisser les autres me rejoindre. Je n’aurais pas cru me rendre là un jour. Les descentes me sont plus pénibles par contre, j’attends les autres pour la montée, mais pour les descentes je suis soit de niveau, soit légèrement en arrière des groupes. Râââ, les genoux vieillissants… Sutton dans la pluie m’aura permis de prendre de fichues de belles photos, Tremblant de commencer la saison du bon pied et de jaser avec une copine du Bac, nous donnant la chance de mieux nous connaître. Mes photos de bois sont ici. J’les trouve ben belles.

N’empêche, le sport ce n’est pas tout, alors bon, je continue le bilan. Amour…iiiich, force est d’admettre que c’était pas fort en 2010. L’année a bien commencée et cela a duré plusieurs mois mais bon, du moment qu’il y a rupture au milieu de l’année, ça entache un peu le portrait de l’année en entier non? Enfin bon, moi je trouve. Voyons le bon côté des choses, mon entraînement pour le 10 km de marathon, mes aller-retour en vélo au boulot et justement ça; le nouveau boulot, m’ont permis de m’occuper la tête. C’était probablement ça mon bon coup amoureux de 2010: m’occuper l’esprit pour ne pas me briser le coeur. Évidemment, cet entraînement, ce nouveau boulot et toutes ces activités m’ont éloignée de nouvelles rencontres mais j’étais pas willing pour la drague de toute façon. Ça me prend toujours ben gros du temps moi, panser mes blessures. C’est pas tout à fait fini ce pansage d’ailleurs… et puis bon, j’ai vraiment pas compris où j’allais me trouver un amoureux du coup j’ai décidé de ne pas chercher pour le moment. De toute façon j’ai 42 dossiers urgents à régler avant mai prochain, je suis disponible pour dormir à deux 1 soir semaine et cliquer “j’aime” sur 8 annonces Facebook par jour. Pas de quoi impressionner un mec. Il me semble en tout cas.

Côté travail j’ai eu une année plutôt chouette, dû principalement à l’obtention d’un nouvel emploi que j’aime beaucoup. C’est mon premier emploi à 5 jours semaine depuis 3 ans et je trouve la barre haute. C’est loin d’être évident de concilier ma petite famille et la job, surtout depuis de que je n’ai plus de copain. Il faut dire que ma job est loin-loin dans l’Est et que c’est rarement une partie de plaisir s’y rendre en transports en commun. Depuis décembre je m’ennuie de mon vélo comme jamais, je sauvais au moins une heure par jour en m’y rendant à pédales…. et pas mal d’argent aussi.

Côté famille ça va bien. Je m’entends bien avec tout le monde, avec ma fille surtout (ce qui mine de rien est un fichu de bon départ). J’ai beaucoup moins de temps pour aller visiter mon frérot mais on s’entend bien, c’est ce qui compte. Je m’entends pas mal bien avec mes parents et continue à planifier mes vacances avec ma fille et eux. On arrive à trouver un chouette équilibre quand on part à 4; quand mes parents se sentent dispos pour jouer avec elle ils me l’offrent et moi… je file courir sur la plage. Je les laisse décider des moments qui leur conviennent, comme ça je n’ai pas l’impression de mettre de la pression, pis je déteste quêter des faveurs…. On se prend 2 chambres séparées, le soir, à l’heure du dodo, mon père et ma mère viennent dans notre chambre, pendant que ma mère et moi on jase, mon papa lit des livres d’histoires à Coquinette. J’aime beaucoup notre façon de fonctionner et j’ai vraiment l’impression de participer à la création de supers souvenirs pour ma fille.

2008 et 2009 avaient été des années d’amitiés. 2010 a commencé en lion mais ça s’est calmé beaucoup depuis la fin de l’été. Une amie très proche est partie faire le tour du monde. Je suis super fière d’elle mais câline… elle me manque. Disons que depuis qu’elle est partie ça a fait un grand trou dans mon espace-temps amitiés. Depuis mon déménagement j’ai l’impression de ne plus voir personne mais bon, 2010 reste tout de même dans l’ensemble une très bonne année d’amitiés-activités. J’ai fait quand même pas mal de course, vélo, montagne avec des copains-copines, même depuis le début de l’automne. Ne pas avoir été aussi débordée; j’aurais filé pour voir plus de monde et tripper plus avec mes proches mais si on regarde objectivement la situation: je suis pivilégiée.

En 2010 j’ai trouvé dur d’étudier en travaillant. Particulièrement ma session d’automne. Le déménagement en octobre n’a pas dû aider. Je reste quand même super fière de moi, c’est pas évident étudier, travailler, élever un enfant. Pour le moment je relève le défi plutôt bien et je ce que je fais à l’école m’aide pour vrai dans mon travail, l’inverse aussi. Éventuellement, si je garde ma détermination je ferai changer mon programme court pour une maîtrise, j’ai intérêt à aimer mon rythme de vie parce que si je fais ça je vais rester sur ce beat là un bon 3-4 ans encore…

Voilà pour 2010… et pour 2011 je ferai quoi? Ben… je sais pas. J’ai pas vraiment de résolution non plus. Ça m’embête le concept de résolution. Par contre j’ai des projets. Par exemple, je suis de plus en plus sûre de ma décision: je veux faire le défi tête rasée en juin. M’impliquer une fois de temps en temps dans des causes du genre, c’est ma façon à moi de dire merci la vie et de souhaiter du bonheur aux autres. Je voudrais voyager, rembourser des dettes que je traîne depuis bien trop longtemps, prendre du temps pour moi, voir mes amis, organiser des fins de semaines dans des chalets avec eux, me jeter dans des lacs et courser à la nage après une journée de randonnée, faire des belles photos et surtout, à travers tout cela; rester une bonne maman et avoir beaucoup de temps à offrir à ma Coquinette. Idéalement j’arriverais à intégrer un brin de plus de discipline dans mes journées, parce que sans cela, je vais avoir bien de la misère  arriver à concilier Coquinette, travail, études, sport et vie épanouie. Je me souhaite beaucoup de violon aussi et des tonnes de bonne bouffe maison.

À vous, je souhaite la santé, le bonheur, plein de sorties à l’extérieur, l’amour, du temps pour vous, la prospérité et pas trop de rides. Bonne année!