des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Tourette

26 February 2010

Résumons le billet précédent en deux phrases pour le fun:
Bien que je trouve que je ne suis pas super bonne en dessin je décide tout de même de vous les montrer; probablement forcément parce que j’en suis fière.
En me relisant on découvre que je développe au fil du temps: une tourette de la virgule.

Portraits

26 February 2010

J’avais 20 ans et je m’imaginais que je dessinais bien. Tellement, que j’ai eu le culot de m’inscrire en cinéma d’animation. Dans mon porte-folio il y avait des trucs étranges et des dessins difformes, aux proportions mal définies, bref, je suçais.
J’avais aussi dans le fameux de porte-folio un petit film qui celui-là était plutôt chouette. Une animation en bonhommes de silicone “Mono” montés sur de la broche. On m’a acceptée à l’université. Quand j’ai suivi mon premier cours de dessin et que j’a vu le niveau de mes compatriotes, j’ai bien compris que ça n’était pas du tout pour mes dessins que j’avais été admise; j’étais de loin la moins bonne de la classe, incapable de dessiner un modèle vivant, de reproduire une photo. Je peinais à faire des bonhommes allumettes, même dessiner un ballon qui rebondit m’affligeais de complexes. Dès la première année j’ai compris que j’avais intérêt à me spécialiser dans un truc plus expérimental, genre les marionnettes. À la fin du bac j’ai compris que j’avais aussi intérêt à continuer mes études dans quelque chose d’un peu plus sûr, comme la gestion, mettons.
Reste que de faire du dessin pendant 3 années ça a laissé des traces. Premièrement, j’ai toujours beaucoup aimé dessiner. Ensuite bon, même si j’étais plutôt mauvaise, j’arrivais; surtout vers la fin, à produire quelques trucs chouettes. Enfin bon, en trois ans; j’en ai acquis du stock de dessin et de bricolage… et ne m’en suis jamais départi.
Ça fâ que… tantôt, alors que je donnais congé de garderie à Coquinette… ben jai eu envie de lui montrer mon armoire aux trésors. On a sorti les pastels gras, les secs, les fusains, les crayons feutre, les aquarelles, l’aquarelle, les pots de pébéo, la teinture à cuir, rendues là on a arrêté de fouiner. L’armoire est restée pleine à moitié et j’ai étendu une immense feuille sur le plancher du salon. Une feuille d’emballage d’étagère IKEA.

C’est cool dessiner avec sa fille, j’ai commencé par faire quelques traits avec chacun des crayons pour lui montrer comment les utiliser. Ensuite on a commencé à dessiner. Quand elle a compris que moi je la dessinais elle; elle s’est mise à me dessiner moi. Faut pardonner mes proportions, qui comme au bac ont gardé l’habitude d’être ma maîtrisées. Et faut retenir que c’est extrêmement dur de dessiner un visage d’enfant, dès qu’on met un trait de trop ça ressemble à un vieillard. Et puis bon, moi je suis habituée avec des modèles vivants qui savent rester immobiles pendant des 10-15-30 minutes, alors qu’un enfant change de position à peu près aux 20 secondes. N’empêche que dans l’ensemble je suis super satisfaite de mon expérience et je me promets de recommencer.



Prochaine fois, je m’attarderai davantage aux volumes, aux proportions et aux tissus, là je me dérouillais.
J’aime l’oeil aussi… quoique oui, effectivement, c’est drôlement plus facile d’en faire un fermé que d’en faire un ouvert. D’ailleurs je suis rendue là: apprendre à dessiner ma fille avec les yeux ouverts.

Et ça, c’est il y a un mois, mon premier dessin d’elle.

Pause pub

24 February 2010

Pour de vrai là, je vais vous faire une pub et en plus, on m’a simili-payée pour.
Ma belle-soeur est un Bzz Agent, vous savez ce que c’est? C’est une agence de tests de produits. On lui envoie des produits, qu’elle teste. Elle a l’air de ben gros aimer ça et m’en parle depuis longtemps. Moi, j’aime beaucoup, mais alors là, beaucoup recevoir des produits et des cossins gratuits par la poste mais je tardais à m’inscrire, pour x, y, z raisons. En tout cas, la vlimeuse, il y a quelques semaines m’arrive avec un:” Heille tu sais pas ce que je teste là?”
– Ben, euh non?
– Un jeu d’entraînement à la Wii! Pis y’a une caméra vidéo qui vient avec!
Du coup, ça devenait plus intéressant. Quand elle a vu qu’ils cherchaient encore des testeurs, elle m’a, envoyé le lien. Moi pas folle -je voulais aussi mon jeu-; je me suis inscrite.
C’est quoi le jeu? Your Shape
Ça mange quoi en hiver? Des calories
C’tu le fun? Ben franchement; voui, beaucoup.
Y a-t-il des défauts? Mais voui, vous les trouverez à la fin de ce billet.
En gros, vous avez un programme d’entraînement sur mesure, avec une madame entraîneure, qui suit vos progrès à la maison et qui vous fait faire des exercices en fonction de votre forme, de votre poids et des régions que vous voulez travailler. Une caméra vidéo vient avec le jeu, vous êtes filmés pendant vos stepettes, ce qui donne un bon outil de reconnaissance de mouvements au jeu pour commenter votre performance.
Il y a une section yoga, exercices de retour en forme après la maternité, défis spéciaux (genre rentrer dans votre maillot de bain). Beaucoup de cardio, d’exercices de jambes et de sautés dans les airs. Vous pouvez voir votre progression, le nombre de calories brûlées, et tout et tout.
Pour tout vous dire, moi ça me fait tellement rigoler ce jeu, que je m’entraîne 30 minutes par jour, juste pour la joie des fous rires. Les deux premiers jours, je me suis tapé des maux d’abdominaux même pas à cause des exercices; à cause du rire!
Je n’ai pas de Wii fit, ni Wii fit plus, c’est mon premier jeu d’entraînement et franchement, j’y vois de l’avenir.
Les plus:
– On peut choisir entre 15, 30 et 45 minutes d’entraînement, c’est génial pour les gens pressés (ou fouarreux comme moi)
– La madame est sympathique pour de vrai
– J’adore choisir ce que je veux travailler, genre: fesses-tonifier, ou épaules-muscler, ou dos-tonifier, bon, vous voyez le point. C’est ciblé.
– Un chronomètre en haut de l’écran nous montre le temps qu’il reste, mine de rien; c’est motivant beaucoup.
– On a la bonté de nous demander si on a des altères, un step ou un ballon d’exercices et si on coche oui on nous propose un entraînement à partir de notre équipement.
Bémols:
– Pas beaucoup de choix audio
– Mon salon n’est pas assez profond pour que la caméra me filme le corps au complet. Je n’ai que 2 mètres de distance entre la télé et le sofa
– Maintenant que je vois de quoi j’ai l’air quand je fais de l’aérobie, il n’y a plus aucune chance que je me pointe dans un gymnase; j’ai vraiment une coordination de grande échalotte gaffeuse.
– C’est un jeu 10 ans et plus, moi je trouve ça chiant un tantinet parce que Coquinette veuuuuut jouer aux exercices avec moi. Je rajouterais une section “exercices avec bambins”, du yoga pour enfants, quelque chose…
– J’ai essayé le programme de yoga et je ne l’ai pas aimé. On dirait qu’il y avait un bug dans le jeu j’ai fait les même deux exercices pendant 10 minutes, je me suis tannée et je suis retournée faire autre chose.
Malgré tout, ça a de l’avenir cette formule et comme il y a une bonne variété d’exercices on a l’impression d’en avoir beaucoup plus dans un petit disque que sur un traditionnel dvd d’entraînement.
J’voulais vous mettre un vidéo de moi filmée par mon jeu vidéo, en train de faire mes stepettes mais je me suis ravisée juste à temps. Mine de rien, je viens d’éviter un grand moment de solitude.

Le sport

22 February 2010

Ce matin en me levant, j’ai pris mon journal et je suis tombée là-dessus et je me suis dit: “Tiens, quel sujet fabuleux”, parlons-en dont deux minutes, le temps d’écrire haut et fort: “Je suis outrée”.
En résumé, dans une commission scolaire dans la région de Saint-Jean-sur-Richelieu, on coupe à partir de l’an prochain les périodes d’éducation physique à la maternelle; elles passeront de 3 par 6 jours à 1, ce qui se fait pas mal partout au Québec, selon l’article. Ce qui est recommandé à cet âge là, tourne autour de 60 minutes par jour… à 1 période par 6 jours, on se retrouve à des années lumières de là. Fin du résumé.
Eh bien moi, je l’avoue; je ne comprends pas, mais pas du tout. Il me semble que c’est tellement une évidence qu’un enfant, pour pouvoir se concentrer, a besoin d’avoir préalablement bougé. Qu’un enfant, si on veut lui donner la chance de nous prouver qu’il est capable d’être calme, il faut d’abord lui donner l’opportunité de courir et de crier. Ça m’impressionne toujours de voir des articles sur des coupures d’heures de sport… parce que si on ne s’oxygène pas le cerveau, je ne comprends juste pas comment on peut apprendre. 3 sur 6, je regarde ça et vous savez ce que je me dis? C’était déjà trop peu…
Ramenons-ça à moi deux secondes, je vais vous dire comment je vivais le sport quand j’étais petite… Voyez, si je me rapporte à mon enfance, j’ai vraiment l’impression de l’avoir passée dehors, à courir et jouer. Mes parents faisaient de gros efforts pour nous encourager dans le sport et pour nous emmener faire du ski la fin de semaine. Je braillais sur les pistes, je boudais, je refusais d’avancer. Je piquais des crises dès qu’un membre de la famille me dépassait. J’ai suivi des cours de tennis aussi, j’étais la moins bonne du groupe, j’avais zéro coordination, je ratais toutes les balles. À l’école, j’étais la plus maigre ou pas loin et une des plus petite; dans les sports d’équipe on me prenait toujours en dernier, c’était humiliant au coton. J’avais beau me concentrer et courir de mon plus vite, je perdais toutes les courses. Quand je frappais le ballon de volley-ball j’avais peur de me péter des os tellement j’avais un diamètre ridicule de poignet. Au baseball je ne frappais que des hors-champs et je refusais de jouer au ballon-chasseur tellement j’avais peur qu’on me brise en deux. Au hockey j’étais dans les plus jeunes de la rue et j’étais une fiiiiille, j’ai passé combien de games assise dans le banc de neige à sucer mes mitaines en donnant des coups de talons sur la glace au lieu de courir après une rondelle? À la natation, c’était le pathétisme pur et dur; j’ai eu peur de l’eau pendant beaucoup trop longtemps et j’étais incapable de flotter. Pour une raison inconnue par contre, je battais tout le monde dans les compétitions de nage sur place. Et puis, ça a donné quoi en grandissant, c’te petite fille fragile là?
Ben ça a donné quelqu’un qui aime le sport. À un moment donné, à force de jouer dehors, je suis devenue meilleure. À un autre moment donné, j’ai réalisé que si je veux avoir une belle humeur, une belle peau, un gros sourire et me sentir forte; la seule façon pour moi d’y arriver, c’est en courant et en jouant dehors. Voilà, c’est ce que je reproduis aujourd’hui. Pour moi, avec ma fille, mes parents et mes amis, on sort. Quand je pars avec des gens de mon âge, on se dépasse et on reste 5-6 heures dans le bois à grimper et à prendre des photos. Quand Coquinette nous accompagne je lui enfile de skis, ça dure 20 minutes, elle se tanne, on change pour les patins un autre 20 minutes, puis on va glisser… L’an dernier c’était 10 minutes, si la tendance se maintien, l’an prochain elle sera capable de rester une demie heure sur ses skis. Elle se choisit deux trois cours par année, je lui propose 3 choix, elle prend ce qu’elle veut. L’été on va jouer au parc au minimum 4 jours par semaine. Quand je veux lui faire une surprise, je l’emmène 10 minutes au parc avant d’arriver à la garderie. Je lui offrirais une caisse de pouliches elle me lancerait le même regard de gratitude.
Vous savez quoi? Coquinette s’est fait une réputation: elle a les joues rouges, les yeux rieurs, une humeur (généralement) exemplaire. S’il fait gris, ou pluvieux une journée et qu’elle n’est pas sortie jouer dehors à la garderie, je le sais tout de suite en la voyant. Elle n’a pas la même attitude, maussade, grincheuse, hyperactive, elle a de la misère à écouter. Je vous assure, ça se voit ziou, vite de même.
En tout cas bref, on parle souvent de coûts de soins de la santé au Québec de décrochage scolaire, d’obésité, et tout et tout, pour moi, c’est un combat unique: prévenir. Et la prévention ça passe par quoi? Faire bouger les enfants et leur donner envie de se découvrir un sport de prédilection. Pas les obliger à faire des trucs qu’ils détestent et les écoeurer à vie, nooon. Mais les initier à des disciplines, je sais pas moi, tiens, le karaté. 1 heure de karaté par semaine à la petite école ou du yoga, des sports d’équipes, de la danse, de la marche, c’est pas cher ça de la marche… ou du cardio plein air, de la gymnastique, de la course, de l’escalade, je sais pas moi, du jukari, une patinoire par école primaire et des patins pour tous les enfants. Bien sûr, une grande part de l’apprentissage de l’exercice physique devrait être assumé par les parents, seulement voilà, ce ne sont pas toutes les familles qui peuvent ou disposent de suffisamment de temps et d’argent pour faire bouger les enfants. Dans un tel contexte, moi je trouve que c’est comme pour les petits déjeuners, c’est un essentiel.

Aaaah, comme la neige s'est laissée désirer

20 February 2010

Et bien voilà, puisque je n’ai rien pondu ici depuis des lustres, me voici tout enthousiasmée et j’ai envie d’écrire tout plein. Comme là. En ce moment, j’ai envie de vous écrire un truc sur l’hiver.
L’hiver, vous l’avez remarqué, d’habitude; c’est froid. Et toutes choses étant égales par ailleurs, généralement, au Québec du moins; ça fait référence à la neige aussi. Comme là, ce matin il a neigé, hier matin aussi et si vous jetez un coup d’oeil à météo média, vous verrez qu’on va avoir du flocon pour toute la semaine. Et moi ben, je profite de ce blogue pour crier haut et fort: “Alléluia calvince!”
D’habitude à ce temps-ci de l’année, je trouve le temps long et déprimant. Pas là, j’ai tellement profité du soleil des derniers jours que j’ai un bon moral. Je me suis beaucoup reposée aussi… ça aide. Immanquablement, en février et mars, l’envie de me pousser me prend et je rêve de Cuba et de Mexique. Pas là… là, moi je rêve d’une grosse bordée de neige, de batailles de boules de neige, de rires retentissants dans la campagne, en compagnie de Coquinette et de nos amis. J’ai envie d’aller faire de la raquette dans le bois, du ski aussi, de l’escalade aux Chutes Motmorency, du patin dans la Forêt Perdue. J’ai envie d’un chocolat chaud, avec les copines, dégusté dans un chalet au bord du feu, en admirant les enfants qui se chamaillent et les flocons qui tombent en background. J’ai envie que mon chum revienne au Québec, le temps d’une bataille de balles de neige et de beaucoup de câlins.
Il est chouette l’hiver québécois, c’est dans les années de pénurie comme celle-ci que je réalise que j’aime le froid et ce qui vient avec. Et pis là, comme je ne prends plus pour acquises les bordées qui s’annoncent; je me promets bien d’en profiter en bonne et due forme.

L'école des grands

20 February 2010

Fin janvier, je vous écrivais un billet sur la peut-être future école de Coquinette. Vendredi, j’avais une lettre de l’école dans ma boîte aux lettres.
Et?
Ben… elle est acceptée!
Du coup moi je suis fièèèèèère, mais fièèèèèèèère. Parce que c’est une très bonne école, parce que tous les enfants que j’ai vus le matin des tests, tous semblaient être très bien développés et venir de bonnes familles.
Ce qui est amusant, c’est que cette session-ci, je prends des cours de stratégies pédagogiques. Je suis en train d’étudier les types de stratégies et les différents types d’intelligences. Cette semaine, mon gros devoir c’est de lire des trucs sur l’apport de la psychologie cognitive dans l’enseignement. Du coup, ça me remet un peu à ma place. Non, ma fille n’est pas plus brillante qu’une autre. Elle a la chance d’avoir un type d’intelligence valorisé à l’heure actuelle et d’être de nature calme et souriante. C’est ce que je me dis quand je soupçonne que je suis à veille de trop me vanter… le reste du temps, comme ce petit paquet d’amour a grandi dans mon utérus, qu’elle a mes yeux et ma diction et que je me suis beaucoup occupée d’elle depuis sa naissance (à mon grand bonheur d’ailleurs), je m’envoie des fleurs et je me dis que c’est la meilleure du moooonde. Rien de moins.
L’école est un tout petit peu trop loin de chez moi. Oh, pas tant que cela, mais comme nous ne voulons pas nous encombrer d’une auto… et comme je ne conduis pas de toute façon; bien il va falloir déménager… De toute façon, un 4 1/4 pour 2 adultes et un enfant, c’est beaucoup trop petit. C’est un peu pour cela que je parlais de changement de cycle; ma vie à la casa St-Zotique, entourée de voisins que j’adore, de soirées d’été dans la cour à nous faire des BBQ de groupe… sortir de chez moi en pantoufles et aller cogner à la porte d’en haut ou d’à côté pour quêter un oeuf ou offrir des gâteaux… bien… ça achève.
Si je le pouvais, je trimballerais mes voisins avec moi, 7-8 rues plus à l’est, une plus au nord. Pas trop loin du métro Iberville, en quelque part entre l’école et le parc Molson… ce qui me fait très plaisir, c’est que je me suis mis dans la tête que dans notre nouvel appartement: il y aura… un piano. Un vrai. Et aussi, il y a une fichue bonne rôtisserie dans ce coin-là…

Pour le mieux

20 February 2010

À tous les 3-4 ans, j’arrive à des fins de cycles. De cycles de quoi? Sérieux, j’en ai aucune idée. De cycles. Études, amour, sport, créativité, entreprise, maison, appartement… genre. La roue ralentit, elle reprend son souffle, me pousse dans l’incertitude pendant quelques temps et puis ziou, ça repart, des fois, souvent, dans une direction qui me subjugue, parce que je n’aurais jamais pensé me rendre par là toute seule.
C’est un peu ce qui est en train d’arriver. Ça bouge, ça gratte, j’entends clairement les cliquetis de la roue, “tic, criiiiiich, iiiish, pffffffiu,,, gggggg“, ralentissant à la recherche d’une direction nouvelle. Puisque je suis incroyablement vieille (tellement que j’ai un cheveu blanc dans le toupet et une pattes d’oie qui vient squatter le coin droit de mon oeil homonyme une fois de temps en temps, surtout passé 22h et ou quand je ris beaucoup), j’ai confiance et je me dis que cette fois-ci, comme les précédentes, ça va m’emmener en quelque part de chouette. Tant qu’on y trouve Coquinette, du soleil et des amis, franchement, ça me convient. Voilà, ça va repartir, d’ici quelques semaines, dans une direction que je ne connais pas encore… ou peut-être un peu, mais pour le moment je n’ai droit qu’à une esquisse rapide, sans plus.
Est-ce stressant? Mais vouiiii, je préfère de loin la clarté au brouillard. Mais alors que vais-je faire? Après mûre réflexion, j’ai décidé de continuer à être rieuse 3 semaines par mois et me convaincre pendant la dernière qu’un spm; ça passe. Dans le doute, je me prescrirai de la danse aérobique, des soirées avec mes amis, de la lecture et des bons films.
Ah pis je vais croiser mes doigts aussi, parce que mes choses ont pris l’habitude d’évoluer pour le mieux. J’aimerais beeen ça que ça reste de même.

Brioches

20 February 2010

Ma voisine m’a annoncé de même, dans les escaliers, qu’elle était en train de faire des brioches maison.
Meuh? Ça se peut? Que je me suis dit? C’en est resté là durant quelques heures et finalement ce qui devait arriver arriva: je l’ai appelée pour lui demander la recette. C’était un truc incroyablement simple et à la fois incroyablement intimidant. Quelques ingrédients, beaucoup de farine, de la levure… un peu de gossage. Beaucoup de temps d’attente pour que ça lève. Comme c’est jours-ci je bénéficie d’un surplus de temps libre à faire s’exaspérer n’importe proscatinateur féroce, j’ai décidé d’essayer.
C’est angoissant la première fois que tu fais un truc avec de la levure, parce que ça lève, qu’il faut pétrir beaucoup, ça colle un peu beaucoup la pâte, j’en ai eu partout. Et puis je suis du genre à oublier mon bol de mixture quand le téléphone sonne, il paraît que c’est mauvais de faire ça. Discipline… discipline…
En tout cas, bref, j’ai mélangé, laissé tiédir, remélangé, pétri, laissé monter, pétri, laissé monter, coupé, roulé, mis plein de raisins secs (cadeau de ma voisine, arrivée en renfort pour m’aider à faire mes rouleaux dans un moment de grave tourmente), de la cassonade et de la cannelle. On a roulé, coupé , disposé tout sur les plaques et relaissé monter. Puis ça a cuit.
Et ça a donné ça. Environ 36 petites brioches, toutes plus mimis les unes que les autres… et qui sont ben, ben, bonnes.

Là, le problème c’est que puisque c’était bon beaucoup, il en reste peu. Et moi, ben il me reste encore un peu trop de temps à moi. Ceci menant à cela, je me suis dit qu’il serait de bonne augure pour moi, petite maman à la recherche d’accomplissements personnels… de me lancer dans la confection de pain.
Comme genre là, me semble j’srais due pour essayer de faire mes premières ciabattas…

Dictionnaire comique prise 3

16 February 2010

Tiens, ça faisait longtemps que je ne vous avait pas fait un petit billet de vieilles expressions tirées du Dictionnaire comique:
Biscoter: Pour baiser, chevaucher, flamber, Rab.L.1. Ils biscotent vos femmes pendant qu’êtes en pèlerinage.
Caquetoy: Lieu où les femmes s’assemblent pour causer & pour babiller.
Et qui jamais, en bonne foy,
Ne fit du temple un caquetoy

Chandelle: Cette femme est belle à la chandelle, mais le jour gâte tout. signifie que la grande lumière fait aisément découvrir les défauts.
Ah tiens, un mot que vous connaissez bien, mais avec une définition un tantinet différente:
Chaleureux: Pour amoureux, passionné, enflammé du feu de l’amour, transporté de l’amour, transporté d’amour et de tendresse. Parnasse des Muses.
Il la mit sur la fougère
La baisant tout chaleureux

Mine de rien, c’est fou le nombre de mots cochons qu’on y retrouve.
Chose: Ce mot exprime la nature de l’homme ou plutôt de la femme. Cabinet Satyrique. Mon chose veut choser votre chose.
Sérieux, je crois que je vais adopter le verbe choser…
… Évidemment, c’était avant que je tombe sur le verbe clitoriser! C’est tellement imagé, je me doute que vous n’avez pas besoin d’une définition, mais bon, pendant que je l’ai sous les yeux… la voilà:
Clitoriser: C’est chatouiller une femme où elle est la plus sensible et la plus chatouilleuse, lui donner du plaisir avec le doigt, la patiner.

Vol plané

14 February 2010

Ah! Quel beau dimanche matin me disais-je… Coquinette s’est réveillée passé 8h, elle a joué sagement aux bonhommes de Star Wars en attendant que je me lève, 15 minutes plus tard. J’ai fait des crêpes en forme de Yoda; j’étais fière de moi.
– Oh! Maman! Tu m’as fait une crêpe en vache! S’est écrié ma coquine.
Ça m’a même pas insulté.
Elle a tout mangé en 2 minutes, pendant que je lui faisais un chocolat chaud qu’elle a englouti en moins de 2 minutes aussi. Faut croire que c’était bon? Elle est ensuite partie avec sa clémentine regarder Astérix et Cléopâtre, son film fétiche du moment.
Moi, je suis restée dans la cuisine pour manger ma crêpe et boire mon bol de café au lait en regardant les nouvelles du dimanche, dans le journal, sur Facebook, Twitter et dans mes courriels. Accotée sur le mur, plongée dans mes lectures, je bénéficiais d’une vision périphérique de mon bol de café, siégeant alors sagement dans ma main droite, un peu à droite de l’ordi. Soudainement, pour aucune fucking raison, le bol, sans doute pris de fièvre olympienne; exécuta un vol plané, fort impressionnant si vous voulez mon avis… et déversa la totalité de son contenu (environ la moitié du café)… sur mon clavier, mon écran, mon haut-parleur et le piton “on/off”. Le pauvre engin, complètement outré de l’assaut; coupa le courant vers l’écran. Automatiquement.
– AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH! M’écriais-je.
Avant d’enchaîner d’un second:
– AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!
C’est à ce moment qu’un soupçon de sang froid vint me chatouiller la colonne: je me déshabillai tout de go et sautai dans la douche. Ma principale préoccupation du moment était de savoir comment j’allais pouvoir prendre un rendez-vous au apple store, si je n’avais pas accès à l’Internet de chez moi. Ma seconde interrogation concernait le temps dont je disposais pour aller porter mon ami agonisant aux soins intensifs, puisque tantôt Coquinette et moi on part garder mes neveux pour la Saint-Valentin et on se fait une joie de jouer aux gardiennes.
En sortant de la douche, une fois habillée et coiffée, j’ai eu l’idée de le démarrer pour voir si l’écran resterait noir.
Miracle! Il fonctionne. Je peux maintenant aller garder en paix et surfer sur ma chance quelques temps encore.
Moralité?
Quand la panique vous assaille, allez dont prendre une douche et prenez le temps de vous peigner. Il se pourrait que tout se règle tout seul pendant que vous vous enduisez le cuir chevelu d’une épaisse couche de shampoing cheap.