des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Questionnaire, 2

31 August 2009

J’avais fait ça à ses 3 ans… j’ai pensé le refaire…
– Coquineeeeeette ?
– Quoi ?
– J’ai des questions pour toi… tu veux y répondre ?
– C’est quoi?
– C’est des questions…
– Quel âge as-tu ?
– Euh 4?
– Qu’est-ce que tu vas faire quand tu vas être grande ?
– Euh, hum, j’vais faire du cirque.
– C’est quoi ton repas préféré ?
– Euh du Kraft Dinner.
– C’est qui ton amoureux ?
– Huuuum, c’est…. c’est euh… c’est, c’est, c’est, c’est ton amoureux!
– Mon amoureux?
– Vouip.
– C’est quoi ton jeu préféré ?
– Huuum, Jouer avec ma poupée.
– C’est quoi la fois où t’as eu le plus peur?
– Euh, aux Îles -de-la-Madeleine, près des falaises.
– Avec qui t’aimes le plus jouer ?
– Euuuh, aaaavec Benjamin!
– Euuuuh, c’est quoi ton histoire préférée ?
– Les Schtroumpfs
– C’est quoi ton film préféré ?
– Euh, euh, euh, euh, euh, euh, euuuuuuuh… j’vais aller regarder maman…. La grenouille verte! (Muppet Show saison 1) (ouais, je sais, c’est pas un film).
– C’est quoi ta série télé préférée ?
– Euuuuuh, huuum, c’est Bugs Bunny.
– Ton animal préféré ?
– Euh, c’est pffffff, euh… je l’sais pas.
– Un que tu trouves a-do-ra-ble là…
– Un perroquet!
– Qu’est-ce que tu aimerais recevoir à Noël?
– Huuum, des bijoux.
– Des bijoux? Comment ça des bijoux?
– Ben… parce que j’aime beaucoup ça les bijoux.
– Si t’avais un cadeau à donner à ta maman ce serait quoi ?
– Hum, tu vas me dire quel cadeau t’aimerais, t’aimes quel cadeau maman?
– …
– Un cadeau que j’aimerais te donner ça serait un livre qui coûte cher.
– Si t’avais un cadeau à donner à ton papa ce serait quoi ?
– Ça serait… des choses de peinture et de la peinture.
– À papa, t’es sûre?
– Ben là, j’aimerais ça lui donner, pis ç’pas lourd, tu comprends?
– Euh…

Déception

30 August 2009

Regarder un instant le solde de mon compte, me dire :”Wow! Woohoo… héhé… j’suis dont ben riche!”
… et réaliser que c’est demain qu’on doit payer le loyer.
Ça m’arrive comme un peu trop souvent.

Promenade

29 August 2009

Hé bah voilà, j’ai réussi à me botter le derrière et à aller me promener un bon 3 heures dans la pluie. Mine de rien, ceci m’aura permis de prouver hors de tout doute, l’utilité du parapluie en cas d’averse.
Suis revenue euh… mouillée de bord en bord.
Je voulais aller au Vieux-Port, et à la montagne, au centre-ville aussi… j’ai fini à Outremont, avec les devants de pantalons lourds et étrangement foncés… ai décidé de revirer de bord question de me mouiller égal. C’est important de se mouiller le pantalon égal, parce que sinon il y a un surpoids gossant et ça mine le plaisir de la promenade.
Enfin, donc, le parapuile, ben c’est pas si bête… la casquette quant à elle, en plus de me donner un air taquin et de me rendre sûre de moi, m’a permis de ne pas avoir de coulisses d’eau le long de la tête. Merci casquette. Je t’aime.
Pour en revenir à Outremont, c’est avec une fascination inouïe que j’ai constaté de visu tantôt que quelqu’un, en quelque part, a inventé l’imperméable-à-schtreimel. Et je trouve ceci fabuleux. J’ai failli arrêter des monsieurs sur la rue pour y toucher. Me suis dit qu’ils ne serait peut-être pas très réceptifs.
J’ai pris quelques photos aussi, pas beaucoup, mais assez pour en avoir une qui me fait plutôt plaisir aux yeux.

C’est un truc, une usine(?) située sur Van Horne. Les vitres ont toutes été brisées, ce qui lui donne un petit air irrésistible. Enfin je trouve. Et j’adore la couleur de la clôture. J’ai essayé de faire une panoramique en tournant sur moi-même mais bon, ça donne ce que ça donne…

Ensuite j’ai essayé de jouer avec les filtres, c’était la première fois depuis vraiment longtemps que je gossais avec un logiciel de traitement d’images. Ça donne un résultat de débutant mais puisque c’est justement ce que je suis; une débutante, je me permets de le mettre pareil ici… parce que je trouve ça beau bon.

Voilà, c’est tout, j’suis fière, j’ai bravé la grisaille… et en plus… maintenant j’ai des vrais de vrais bagels au congélo.

… et mine de rien, ça m’aura permis de ressortir ma wacom et de faire un bonhomme allumette, ce que je n’avais pas fait depuis novembre 2007…

Fuck la grisaille

29 August 2009

Mes lecteurs les plus perspicaces se rappelleront qu’il y a deux billets j’écrivais que je me cherchais une montagne cute pour aujourd’hui.
Je tente présentement de digérer mon échec, relié entre autres, à la température quelque peu ordinaire.
J’évalue en ce moment mon degré de motivation et de courage; si je ne choke pas, d’ici quelques minutes, je serai en train d’explorer la ville. Fuck la grisaille, je vaincrai.
Genre.

Samedi, la pluie

29 August 2009

Samedi, pas encore midi, moi je tourne un peu en rond, mais pas tant que ça en fait. Il me reste un jour de congé avant de recommencer à sprinter.
J’aime sprinter. J’aime courir; me lever droite comme une barre, caler mon café en prenant mes courriels, réveiller ma fille et lui dire: “Enweye peanut, y’en a une nouvelle devant nous, on va la courir à matin mais ce soir, promis, on va flâner au parc et on regardera les fourmilières“. J’aime écouter ma musique en courant pour ne pas rater l’autobus, j’aime travailler, préparer mes cours, revenir à pied en jasant avec ma collègue, me faire griller le visage deux minutes sur le balcon, puis repartir vers la garderie. J’aime le défi du souper; trouver quelque chose de bon, rapide, tous les soirs de la semaine. J’aime faire faire des sauts d’acrobates à Coquinette, la prendre dans mes bras et la faire revoler jusqu’au plafond, lui apprendre à tourner sur elle-même, à marcher sur les mains, à faire le pont…
Me voilà donc en train de souffler et j’hésite pour le menu du jour.. j’ai 3 zucchinis qui commencent à se faire vieux dans le frigo, je devrais en faire un pain pour les déjeuners et les collations. Si je suis motivée, j’ajouterais des carottes râpées dedans… et des noix de grenoble. Ça fait plusieurs jours que ça me chicotte; j’ai envie de jouer du violon. Hier soir, je l’ai ressorti et j’ai essayé de jouer. J’ai pété une corde, ça faisait 2 ans que j’avais pas joué, pauvre mi, il était rendu au bout de sa vie. N’empêche, c’est toujours impressionnant de voir que je me rappelle encore par coeur du printemps de Vivaldi. Je pense que si un jour je fais de l’alzheimer, mes doigts vont continuer à se poser tout seuls aux bonnes places…
Je voudrais écrire aussi… me semble c’est une belle journée pour écrire. Et aller voir Inglourious Basterds, traîner mon appareil photo et aller faire de la photo de pluie à la montagne ou derrière des usines. Maudit que j’aime les paysages industriels…
Hier j’ai appris que Charlotte Gainsbourg était en train de préparer un album avec Beck, j’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner… me semble que ça ne peut pas être autre chose que jouissif.
Là, j’écoute le dernier album de Vincent Vallières, qui sort le 1er septembre sauf sur zik.ca (c’est pas un gros scoop, j’ai trouvé l’info sur son site à lui), ça fite avec la puie. Ça m’a donné envie de télécharger son avant-dernier album, que j’avais dans mon autre vie. Il est vraiment bon, mais j’ai vite compris pourquoi je l’écoutais plus… j’avais oublié… que c’était mon “album-de-séparation” on dirait que cet album là raconte 10 ans de ma vie. J’ai pas encore décidé de ce que je vais faire avec ça, j’aime comme trop le chanteur pour m’empêcher de l’écouter. Je crois que je vais me torturer toute la journée dans l’espoir de me réapproprier ses tounes. D’ici là… “Chacun dans son espace”, me tord l’âme et me revire le coeur.
Faque voilà, aujourd’hui je vais flâner chez nous et à un moment donné, j’vais enfiler mon imper (ça c’est la partie humiliante, c’est un gros imper jaune serin) et j’vais aller me perdre dans la ville et me briser les tympans avec d’la techno-pop.

Jeune (*tousse* *tousse*) femme cherche montagne cute

27 August 2009

Bon ça y est, je me sens coupable de vous parler autant de mouches, alors vais faire comme si j’étais une fille pleine de ressources et de passe-temps et je déclare aujourd’hui, haut… et fort… et devant témoins (euh, vous); que je vais faire tout en mon pouvoir afin de me trouver une place en hauteur où marcher samedi (ou vendredi). Question de terminer mon été en beauté et d’entretenir mes fossettes de genoux, apparues il y a quelques semaines, suite à (enfin je suppose), plusieurs heures de marche active.
Je regarde dehors, gros soleil, fait pas trop chaud… un p’tit vent doux… ça donne envie d’aller jouer dehors, de camper, de manger des guimauves et de se perdre dans le bois avec l’élu de son coeur. Rôôôô, ce que j’aime août et septembre…

Obsédée

27 August 2009

Ça y est, je suis obsédée. Je vous fais trois billets en ligne sur le même sujet: mes $%&?*(# de mouches.
Je dis “mes” parce que je commence à avoir l’impression qu’elle vont coller chez nous longtemps.
Récapitulons:
– Premier jour, quelques mouches, je les laisse faire et pars me coucher.
– Deuxième jour; beeeeeen des mouches (bon dieu, je peux pas croire que j’aie pas allumé sur leur vitesse de reproduction dès le premier soir). J’essaie d’en tuer quelques une, au prix d’un grand dégoût, me tanne, les laisse faire, mais après quelques heures de gossage infini, je me tanne, reprends ma tapette et tue tout ce qui bouge (bon ok, vole) chez nous. Au total je dirais que je suis responsable d’une vingtaine de morts, bref; un carnage.
– Troisième jour, me lève le matin, j’entends une mouche. Je vais à la salle de bain, en ouvrant la porte je libère une mouche que j’y avais enfermé la veille (j’avais comme pas envie de la tuer, j’étais blasée). Pars travailler. Reviens; 3-4 mouches (bah, c’est pas si pire), euh non, 10-12 (iiiich), quoi? 15-20? (AAAAAAAAAAAAH *panique* *panique*) Je sors encore ma tapette (qui commence à être défoncée de partout) et revisite le carnage de début de soirée. Pendant que certains savouraient leur 5 à 7 sur les jolies terrasses afin de profiter des derniers jours de l’été, moi j’éclatais des corps d’insectes en mille morceaux. L’angoisse me prend tout à coup… et si c’était de MA faute? Peut-être devrais-je faire la vaisselle? Alors je fais la vaisselle. Peut-être devrais-je laver la salle de bain? Lave la salle de bain, récure partout, fais tremper le bain, lave le miroir et le plancher, la totale quoi. Je sors de d’là… encore des mouches… baon, la cage du lapin alors? Prends la cage, lave la cage, flatte le lapin, le remets dans sa cage…. encore plein de mouches, devant l’inévitable, j’ai dû ressortir la tapette et tuer tout-tout-tout… sauf 2 mouches: une enfermée dans la salle de bain pour la nuit (je sais pas pourquoi je fais ça, des fois je me tanne et je me dis qu’au moins de même elle viendra pas me réveiller) et une autre que j’arrivais pas à attraper.
Ben vous savez quoi?
En me levant ce matin… j’en avais une quinzaine chez moi.
C’est dégeu. En plus elles arrêtent pas de me siffler dans les oreilles et de se déposer sur mes mollets pour se reposer.
Elles viennent d’en quelque part… mais oùùùùùùù? Je trouve pas.
En tout cas je vais rentrer avec un nouveau joujou après le boulot; une belle tapette électrique. Je crois que c’est justifié.

Mouches part 2

25 August 2009

Ah et merde à l’émotivité, je viens de faire un carnage, il y en avait une vingtaine dans la cuisine, là il y a des cadavres partout sur le plancher et des grosses splouches de sang sur les murs, j’ai réussi à défoncer ma tapette à mouches tellement j’ai claqué fort et souvent. À la fin… j’aurais pu postuler pour être apprenti-Miyagi; je les snappais au vol comme si c’étaient des balles de ping pong.
Ça fait du bien.
L’appartement est tout d’un coup tout silencieux.
Ah… et j’en ai surpris deux en train de baiser. Méchant coït interrompu.

Mes mouches

25 August 2009

Ça y est, je ramolli avec l’âge, je me sens devenir ultra sensible depuis quelques années mais là; c’est le boutte du boutte.
J’ai peur des araignées et des guêpes. Je déteste les mouches.
Suis plus capable de tuer ou de voir quelqu’un tuer une araignée ou une guêpe sans verser une larme, ça m’émeut. J’ai de la vé-ri-ta-ble peine, de la grosse peine et je me torture l’esprit, me demandant s’il n’y aurait pas eu un compromis acceptable pour que nous arrivions à tous cohabiter sur cette petite planète.
Depuis hier, je ne sais pas trop pourquoi (en fait si, je suppose que j’ai oublié une porte ouverte sans moustiquaire), mais j’ai genre 12 mouches qui se promènent dans l’appartement. Elle me gossent, me tournent autour. Elles ne respectent pas ma bulle et vont même jusqu’à se poser sur mon front à 7h le matin pour me souhaiter la bonne journée.
C’en est assez me suis-je écriée tantôt, m’a toute les tuer! Et j’attrapai la tapette à mouche.
VLAN! Fis-je sur la première, dont le petit corps n’a pu supporter le choc; explosée en un éclat rouge vif elle fut.
Me suis sentie horriblement coupable, pauvre mouche, finir de même. Puis j’ai eu un étonnant haut le coeur, les jambes molles, la larme à l’oeil, la tête qui tourne. Culpabilité, quand tu me tiens…
VLAN! Fis-je tout de même à une deuxième, second haut le coeur… c’est pas possible, je vais pas manquer de vomir à chaque fois que je tue une mouche?!?
Ben voui, me suis tannée à 6, là je laisse le reste voler autour partout et me gosser avec leur bruit de merde.
Le pire c’est que chaque battement d’aile me rappelle que je viens de tuer leurs petites amies… je me sens un million de fois plus coupable que tantôt.
J’en ai croisé une dans la salle de bain, elle dépliait sa petite trompe pour boire une goutte d’eau dans le lavabo, me suis penchée, l’ai observée, le regard attendri devant le miracle de la vie et tant de dextérité.
Enfin bref, je me surprends de sensibilté et je me demande quand même un peu quand est-ce que l’escalade prendra fin.

Vite de même, on pourrait croire que j'ai l'habitude d'avoir de la misère à me brancher

24 August 2009

J’aime beaucoup regarder les programmes de formations et les offres d’emplois, je ne sais pas trop pourquoi mais moi, ça me fait rêver… j’ai pensé devenir plein de choses dans ma vie, comme par exemple:
Avocate. J’avais fait deux demandes d’admissions au BAC; une en droit et une en cinéma d’animation. J’ai été acceptée dans les deux mais la bourse était plus grosse en animation (parce que mon papa travaillait dans cette université là et pas dans l’autre)… alors j’ai pris le chemin des beaux-arts. La bonne nouvelle c’est que comme mon université était anglo, j’ai fini, au bout de trois ans d’études, à me déniaiser et à accepter de parler en anglais malgré la honte de mon accent pas possible.
Ébéniste, j’étais comme trop sérieuse, jusqu’à ce que j’aille visiter un atelier d’ébéniste et que je réalise que j’arrivais pas à respirer avec toute cette poussière dans l’air. J’ai gardé plusieurs outils de cette époque et je rêve encore d’avoir une toupie. Aucune réalisation en bois potable par contre… à part un ou deux meubles décapés revendus dans des ventes de garage. Bref, pas très glorieux.
Madame d’aide humanitaire dans un pays pauvre. Genre. Là je mets une croix dessus pour un bon 14 ans encore mais rien ne dit qu’à la majorité de ma fille je ne m’envolerai pas pour loin-loin-loin-creux-creux.
Relieure. Je ne sais pas du tout si ça se dit comme ça. J’ai subventionné mes années de secondaire et de cégep en gossant des ceintures de cuir à mes amis. J’avais mes outils (que j’ai encore), mes teintures… et je faisais plein de barrettes et de bracelets aussi. J’ai pensé sérieusement en faire une carrière officielle ou bifurquer vers la reliure de livres mais pour une raison nébuleuse je suis devenue caissière dans un St-Hubert BBQ et j’ai tout mis de côté.
Électricienne, j’ai toujours eu ben peur de l’électricité, ça aurait été une façon de vaincre mes peurs… et je me disais que comme mon chum de l’époque était menuisier, on arriverait à se construire une maison pas chère. C’était ma vision du romantisme…
Souffleuse de verre. Encore mon petit côté hippie qui dit “coucou”.
Nutritionniste. Pour le fun. Je me suis toujours éperdument foutu des calories mais la chimie des aliments me fascine depuis longtemps.
Architecte. J’ai passé proche 3-4 fois de m’inscrire en architecture. C’est vraiment un domaine qui m’intéresse depuis l’enfance, j’ai toujours fait des plans. Chaque fois j’ai trop hésité… la dernière c’est il y a deux ans, c’est un peu con, j’aurais presque fini mon BAC à l’heure qu’il est. Un jour je prendrai ma revanche et je ferai les plans de ma maison.
Biologiste. C’est étrange, j’ai pas l’esprit scientifique pour deux cennes mais j’ai la conviction que j’aurais été une bonne biologiste.
Inventeure. J’aime optimiser les choses, j’ai inventé quelques trucs mais c’est sombré dans l’oubli et mon absence totale de connaissances en mécanique fait que je peux juste inventer des truc en bois et en cuir…
Mécanicienne. Parce que. Même si j’ai toujours pas mon permis…
Chauffeuse de camions. Mais ça partait mal à cause du permis conduire…
Chauffeuse de taxi. Le fait de ne pas avoir de permis de conduire m’a mis plusieurs bâtons dans les roues on dirait…
Archéologue. J’aime beaucoup fouiller et gratter des trucs enfouis, au sens propre et figuré.
Coiffeuse. Vouaip. Parce que j’aime jaser, écouter, consoler, jouer avec des trucs coupants et la sculpture. Me semble ça aurait fité. Je me venge de ma carrière avortée en coupant le toupet de Coquinette une fois de temps.
Tueuse de zombies. Je me défends bien à Resident Evil je trouve (même si ça fait trèèèès longtemps que j’ai pas joué). Et au nombre de rêves de zombies que j’ai fait, je commence à maîtriser l’art de les massacrer.
N’importe quoi en agriculture. Me serais vue vivre à la campagne et m’occuper de mon champs.
Chef cuisinière…. mais après plus ou mois cinq années de travail comme serveuse et barmaid… me suis rendue compte que cuisinier; c’est pas payant!
Esthéticienne. J’aime ça moi jouer avec la peau…
Danseuse nue. À l’époque par contre j’étais plus rigide que le poteau, ça a ralenti un peu mes ambitions. D’ailleurs c’est étrange, j’ai l’impression d’être plus souple qu’avant et je comprends pas trop pourquoi… la grossesse?!?
Modélisatrice 3D… ça aurait été logique après trois ans en 2D, j’ai pensé faire la maîtrise en animation aussi mais franchement je ne vois pas trop où ça aurait pu me mener, j’ai choisi les HEC en gestion à la place.
Conseillère en management. Observer les entreprises, les communications internes, les conflits, la distribution du travail, la gestion des opérations… ça me fascine et ça m’amuse.
Gestionnaire des ressources humaines. J’aime beaucoup aider les gens à gravir les échelons, à penser à moyen terme, à optimiser leur carrière… malheureusement j’ai comme l’impression que souvent ça se limite à: passer des entrevues, lire des tonnes de cv, mettre du monde dehors, gérer des personnalités complexes… moins intéressant tout à coup.
Conseillère en orientation. Après des années de surfage de formations, je considère que je commence à connaître ça un peu beaucoup le monde de l’éducation.
Finalement les études que j’entreprendrai bientôt touchent un peu mes trois derniers points: gestion de carrière, des formations, des gens… j’ai bien hâte de voir ce que ça va donner.