des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Bonne Saint-Jean

24 June 2009

Et puis, Bonne Saint-Jean à vous chers lecteurs. Je sais pas trop pour vous, mais moi je suis très fière d’être Québécoise.
… et pis je trouve que mon chandail bleu-Québec va très bien avec ma nouvelle jupe brune.
Alors voilà, j’espère que vous passerez une belle journée, que vous vous gâterez. Moi, aujourd’hui, je relaxe. J’ai prévu un après-midi de farniente sur le balcon, un peu de gin tonic et quelques fous rires. Voilà, C’est tout simple.
J’vais faire une sieste aussi, parce que comme c’est ma fête (pas mon anniversaire, celui-là est passé depuis quelques semaines), j’ai décidé que j’allais me faire plaisir.

Réflexions d'un matin de congé

24 June 2009

Ça passe vite le temps quand même, hier, en jasant, j’ai réalisé que ça fait deux ans que j’habite ici. J’ai rien vu passer, ou presque… Ça fait bizarre aussi de se rappeler ces deux années là parce qu’au début, quand j’ai déménagé dans mon nouveau chez moi, j’allais pas bien, mais pas bien du tout. Je passais d’une maison 2 étages, 1 chien, 2 chats, auto de l’année, terrain dans le bois à… euh… 4 1/2 monoparentale sur le bord du burn-out.
Ouf.
Mais c’est passé là, j’ai trouvé ici un îlot de bonheur et de tranquillité. Mes voisins sont adorables, je ne me vois pas trop déménager sans eux. D’ailleurs, c’est un peu pour ça que je reste, malgré la petitesse de l’appartement… Mon amoureux habite avec moi depuis octobre. Le soir, quand j’arrive pas à m’endormir, il me raconte des histoires… Du coup j’ai l’impression de me cultiver en m’endormant, ça me rend toute heureuse.
On sort le lapin dans la cour à tout bout d’champs… il s’est creusé un terrier tellement profond sur le bord de la clôture qu’on ne voit plus le bout et on ne le voit plus lui quand il décide d’y entrer. Hier il a charrié une bonne grosse chaudière de terre en l’espace d’une soirée… Le pauvre, je trouve qu’il est à l’étroit dans sa petite cage, c’est quand on le sort dehors qu’on voit qu’un lapin (oh surprise), c’est vraiment fait pour gambader dehors!
Je suis même replacée professionnellement, ou presque. Ça devrait aller jusqu’à l’hiver prochain du moins, parce que mon contrat va jusque là… D’ici là je regarde attentivement les postes chouettes sur l’Internet.

Schtroupfement perspicace….

22 June 2009

Ce soir Coquinette et moi on a lu l’histoire dans le hamac dehors. C’était chouette. Puisque j’ai décidé que chez moi, c’est une démocratie, j’ai laissé Coquinette choisir son histoire. Elle a opté pour un livre de Schtroupfs, “Schtroumpf les Bain” que ça s’appelle.
Alors voilà; z’étions allongées, moi je lisais, je lisais, je pensais qu’elle était en train de se tanner ou que j’avais perdu son attention aux alentours de la vingtième page mais tout d’un coup, oh… surprise, un événement, déclenché par un p’tit bout de dialogue, me rassura quant à la capacité de concentration de ma progéniture…
Moi – (prenant mon rôle très au sérieux, j’avais pris une voix aïgue)Un peu de courage! En tant que volontaires, vous serez les premiers à schtroumpfer des vacances ici!
Moi – (me prenant encore au sérieux, me voilà en train de prendre une voix un peu plus grave, afin qu’il soit évident qu’un autre personnage prend la parole) C’est ce qu’on mérite quand on a bien schtroumpfé son travail!
Moi – (toujours en train de me prendre au sérieux, me voilà sur le point d’élargir mon registre de voix de schtroumpfs) Ah
Coquinette – ATTENDS! Mais là maman, attends!
Moi – Euh… quoi?
Coquinette – Mais c’est n’importe quoi! Les vacances c’est pas pour les gens qui ont bien travaillé!!!
Moi – …
Coquinette – C’est pour ceux qui ont d’l’argent!
Facque c’est ça… suis partagée entre la fierté d’avoir pondu ce sac à citations et la peine de voir que vouaip, l’innocence ça s’envole pas mal vite…

Full rose

21 June 2009

Je crois que j’ai trop tardé avant de faire le lavage.
Ai réussi à remplir complètement la laveuse juste avec le linge rose.
La batch d’avant, c’était le turquoise…
Sur ce je m’en vais méditer, ou payer mes comptes, c’est pas encore déterminé. Peu importe en fait, puisque les deux me permettront de faire le vide.
*****
Update: C’est fascinant, après le lavage de rose et celui de turquoise, j’ai trouvé le moyen d’en faire un de jaune. La bonne nouvelle c’est que de l’avis de mon garde-robe et mon panier à lavage, il est évident que l’été est officiellement arrivé.

To do

21 June 2009

J’ai comme une trop grosse to do list pour aujourd’hui, C’est complètement démotivant… et y’a plein de trucs qui ne peuvent pas attendre qui affrontent plein d’autres que j’ai très envie de faire.
Dans la catégorie “ça me tente”:
– Écrire des choses, pour le fun
– Lire Maus
– Écouter de la musique
– Aller prendre un café avec un ami
– Flâner
– Jouer au baseball ou au tennis (mais y fait pas beau, ça règle la question)
– Inviter des amis et faire un BBQ
– Gagner à la loto. Me semble ça m’irait bien d’être riche.
Dans la catégorie “c’est chiant mais ça commence à urger”:
– Me raser les jambes ou prendre un rendez-vous pour une épilation demain
– Retrouver les coordonnées de la madame qui m’a épilé les jambes la dernière fois, elle était chouette
– Déterminer ce que je vais faire avec mon toupet, il a l’air du yable depuis une semaine.
– Si je décide de le couper; faire appel à une professionnelle pour la première fois en 2 ans (ça explique peut-être pourquoi ça a l’air moche mon affaire)
– Faire mon lavage
– Faire la vaisselle
– Ranger mes cd, qui squattent le plancher du salon depuis 2 semaines. C’est que j’ai décidé de jeter toutes mes pochettes et de ranger mes cd dans des valises à cd. En bout de ligne ça va prendre beaucoup moins d’espace et ça sera joli, facile de s’y retrouver et tout… c’est jusque d’ici là c’est super chiant à ranger!
– Laver la salle de bain
– Changer la housse de couette
– Prendre ma douche
– Corriger les dernières copies de mes étudiants
– Payer mes comptes
Ma main au feu que j’en aurai pas fait le tiers pour ce soir.

J'ai craqué…

20 June 2009

Eh bah voilà… j’ai rechuté. Cette semaine, j’ai fait une grosse rechute consommation. Et j’y suis pas allée avec le dos de la cuillère, oh que non…
Jeudi matin, j’avais un gros 10 minutes d’avance avant de partir au boulot, plutôt que de partir tranquillo afin de pouvoir admirer les petits zoizeaux en chemin… j’ai fait un p’tit tour sur amazon. Ai consulté ma liste de souhaits cadeaux. En 10 minutes… j’ai cliqué “buy” tellement souvent que je deviens toute rouge rien qu’à y penser.
Je m’en voulais, oh oui, je m’en voulais… mais j’étais quand même toute heureuse de recevoir mon colis vendredi matin… plein de beaux livres, de dvd et de beaux disques (que j’écoute et écrivant et que j’aime beaucoup d’ailleurs).
Et pis je me disais que vraiment, puisque je ne prévoyais pas aller magasiner avant des lustres, je pouvais quand même me permettre de craquer en ligne une fois de temps en temps… genre.
Hier, je filais pas, mais pas du tout; me suis couchée à 17h30. Me suis réveillée à 2h pour manger un yogourt et ensuite j’ai réussi à me rendormir jusqu’à 9h. J’ai tellement dormi que je me suis réveillée avec des plaies de lit! Pour me remettre un peu en forme, j’ai pensé me rendre au centre-ville pour faire réparer mon ordi, qui me jouait de mauvais tours depuis quelques temps. Et y’avait la pile qui chargeait plus… donc, me vla ti pas, full motivée, à 10h et quelques en train de gambader dans la ville. Suis arrivée au applestore vers 11h.
– Salut, mon ordi marche pas bien, faudrait j’vois un technicien.
– Pas de trouble m’dame, je vous donne un rendez-vous pour… euh…. 15h30!
Et vlan. C’était la première fois que je faisais appel au applestore, je savais pas qu’on pouvait prendre rendez-vous avant de se pointer sur place… J’étais déterminée à accomplir ce truc aujourd’hui et je savais très bien (me basant sur une connaissance approfondie de mes réflexes ainsi que sur une historique peu élogieuse de mes fouarrages de rendez-vous), que si je retournais attendre chez moi… ben je ne me repointerais ja-mais là….
Pis là, tsé, 4 heures à tuer le temps sur Sainte-Catherine. Vous direz ce que vous voudrez, moi je trouve ça evil pas mal…
J’ai bien essayé de me raisonner, mais bon, une acheteuse compulsive lâchée lousse sur Sainte-Catherine, ça a beau se féliciter de ne pas craquer pour 50 cossins inutiles; ça rentre chez soi avec 50 autres qu’elle s’est offerts pour se récompenser de ne pas avoir craqué pour les 50 précédents…
Facque c’est ça, je suis maintenant l’heureuse propriétaire de:
– Un gant de baseball
– Une balle de baseball
– Une balle de softball
– Vous remarquerez ici que je n’ai pas craqué pour le bat, mais ce n’est que partie remise
– Du linge pour ma fille
– Des serviettes de bain
– Une housse de couette
– L’intégrale de Maus
– Un Larousse des conjugaisons (gros comme ma main, que je vais pouvoir traîner partout tout d’un coup l’envie me prendrait de vous jaser au passé simple)
– Un Robert d’orthographe (il est chouette, pas de définition, juste des mots, tout petit en plus)
– Une pile d’ordi
– Un nouveau câble d’ordi (lui on me l’a pas chargé, il faisait l’objet d’un rappel. Yé!)
– Vous remarquerez ici que je n’ai pas craqué pour le ipod touch, alors que c’était évident que j’allais sauter dessus (oserais-je un: “bravo moi”?).
– Du linge pour moi
Au sujet des vêtements, je suis inquiète, je trouvais que j’avais l’air d’avoir maigri, c’est maintenant confirmé… je flotte dans le small. Et je trouve pas ça glorieux pour une fille de 5 pieds 7. J’aime jamais ça baisser jusque là, je me trouve un peu moche, je flotte dans mon linge, ça me gêne, je perds mes seins aussi (ça, c’est jamais cool). Le pire quand je perds du poids c’est que je me sens pleine d’énergie. Alors voilà, suis comme hyperactive et je bouge pour 5, mais mon appétit a baissé alors j’ai pas de réserve.. pis tsé, pour avoir l’air un tantinet féminine… c’est le fun avoir des p’tites réserves… Je vais devoir me bourrer de trucs lourds pour remédier à la situation, sinon je vais passer l’été complexée et pis je suppose que rendue là, c’est dangereux mon affaire…
En résumé, j’ai hâte de jouer au baseball et après ça, afin de m’assurer que bouger ne me fasse pas trop perdre de calories, faudrait que mes partners me suivent au kiosque de crème glacée. Où je pourrai leur jaser de mes nouvelles découvertes musicales et des 6 livres que je trouverai pas le temps de lire en 2009.

La question du jour…

15 June 2009

- Mamaaaaaan?
– Quoiiii?
– Est-ce qu’il y a des Bixi pour les enfants?
– …
– Parce que moi aussi ça me tente.
Hé bah voilà, la balle est lancée… peut-être que dans quelques années quelqu’un l’attrapera…
Note- Suis toujours pas abonnée, mais maudit que je les trouve beaux.

Grosse fin de semaine

14 June 2009

Voyant à quel point Coquinette aimait danser, j’ai cru que c’était une bonne idée de l’inscrire à un cours de ballet. Oh boy… si effectivement la petite a appris beaucoup et s’est développée durant ses deux sessions de danse, disons que j’ai trouvé l’expérience euh… intense? Cours à toutes les semaines, 24 fois depuis janvier; pratiques de 4 heures chaque semaine le dernier mois. Générale hier, puis spectacle hier et ce soir. Me disais en mon fort intérieur: “Me semble c’t’intense un peu pour une puce de 4 ans”. Ce le fut, vraiment. Je trouvais que c’était beaucoup de pression sur les épaules d’une enfant si jeune, et que ça commençait à coûter cher; les cours, les costumes, les billets de spectacle, le dvd (parce qu’il y a aura un dvd du spectacle et que oui, je le veux!).
C’est donc un peu incrédule et irritée que je me suis présentée à la première représentation du spectacle samedi soir. Suis arivée là en me disant: “Baon, deux heures de show et ma puce ne fera qu’une petite apparition de rien du tout”.
Grave erreur. Elle a fait toute la première partie comme une pro. Et un numéro à la deuxième partie. Une grosse heure d’émotion, parce qu’on peut se le dire maintenant, quand ton enfant de 4 ans fait un spectacle de ballet, c’est craquant. Tellement qu’à peine deux minutes après le début du spectacle, j’avais les larmes aux yeux et je n’ai pas réussi à les sécher durant toute la première heure. Elle était mimi… mais mimi… dans son p’tit kit rose, avec sa jupette, son chignon tout lissé, ses p’tits pieds en pointe, ricanant avec ses copines. C’était cute, mais cuuute! La pauvre semblait un peu perdue au début, elle me cherchait dans la salle et ne me voyait pas, à un moment donné j’ai même cru qu’elle commencerait à crier mon nom. Puis, elle m’a trouvée. M’a sourit. Me faisait des p’tits byebye et des clins d’oeil.
Elle aussi aura trouvé ses cours quelque peu intenses, elle n’en veut plus de ballet, et préférerait la natation pour l’automne. Pas de trouble coquine, moi j’veux juste que tu t’amuses et que tu explores un peu pour trouver ta voie. Le cours m’indiffère un peu, tu pourrais te lancer dans la boxe que je t’y accompagnerais avec joie.
Me demandais hier si je le referais, on me l’aurait demandé avant-hier j’aurais crié “NON” haut et fort mais pas là. Là, je recommencerais tout: les levers de bonne heure, la course pour pas arriver en retard, le traîneau dans la neige le samedi matin pour se rendre jusqu’au métro… Je referais tout, parce que franchement, les plus adorables sur une scène, ce sont les tout-petits. Elle manquent tellement de discipline, rient, s’amusent, font gaffe par dessus gaffe… et c’est précisément cela qui fait qu’un spectacle d’école de danse est irrésistible. J’aurais attendu qu’elle ait 6 ou 9 ans pour lui faire vivre l’expérience… que ça aurait été banal. Enfin je crois. On aurait perdu beaucoup en spontanéité je pense.
Alors voilà, le ballet est terminé, on n’en refera plus. Vive le ballet!
J’ai trop hâte de montrer le spectacle à nos proches qui l’ont manqué. D’ici là, je me repasse les événements d’hier dans ma petite tête et je ris toute seule, je m’émeut à rien; j’ai encore les larmes aux yeux.
*****
Suis bénévole pour le spectacle (mon genre ça, m’impliquer pis toutte). J’étais chargée de laver les costumes durant la nuit. Ce que je fis presque avec plaisir. Faut dire que ce matin, quand je me suis levée et que j’ai vu la trentaine de collants roses en train de sécher sur ma corde à linge… j’ai pas pu m’empêcher de prendre une photo. C’était presqu’aussi mignon que Coquinette en train de me faire des tatas sul stage. Ai dû relaver deux collants à midi: des moineaux avaient chié dessus. En tout cas… moi je trouve que c’est un bon plaidoyer contre la procrastination. Quand une école de danse se fie su’ toé, t’es mieux de t’atteler à la tâche rapido, tout d’un coup tu croiserais un moineau en cours de route…
En pliant les collants, me suis rendue compte qu’une paire était motonnée. Ai résisté à l’envie de lui enlever ses mottons. Après tout, ce ne sont pas ceux de ma fille…
Ah pis merde, me suis-je dit en me dirigeant au dodo. M’en fou! Facque c’est ça, hier soir, à minuit, j’enlevais les mottons d’une petite paire de collants roses, riant de bon coeur, devant ma tendance à prendre tout vaguement trop au sérieux (après tout, si ses parents la laissent faire un show emmottonnée, qui suis-je pour m’immiscer devant leur autorité?). Encore heureuse d’avoir réussi à ne pas les percer durant la manoeuvre… ça aurait été mon genre ça aussi: tout prendre trop au sérieux et fouarrer en cours d’exercice.
J’vous donne pas le nom de l’école, plus par timidité qu’autre chose, mais elle est bien cette école, si vous voulez des infos, écrivez-moi.

Mont Cascade

7 June 2009

J’avais très envie de bouger en fin de semaine, bouger loin si possible, je sais pas trop pourquoi mais si ça se fait loin, ça me donne l’impression d’être plus “vraie”, meilleure que d’habitude… et surtout… ça me calme un peu pour les voyages puisque j’ai l’impression de voyager un brin. Suis contente de mon coup, j’ai réussi à convaincre une amie de venir avec moi, destination; Mont Cascade dans les Adirondack, le petitesse de la montagne nous permettait de faire l’aller-retour le même jour, j’appelle ça de l’argument béton. C’était ma première virée dans les Adironcack, mais sûrement pas ma dernière. J’ai adoré la rapidité du trajet pour s’y rendre, et la vue du haut de mon mont. Un petit mont disais-je tantôt, 1249 m, mais oh, quelle vue on a de là-haut! Et puis ça commence bien la saison et ça me donne confiance pour m’attaquer à plus gros la prochaine fois. À vraie dire, suis tellement motivée aujourd’hui, là, que j’ai le goût de faire un sentier de 2-3 jours.
La bonne nouvelle, c’est que je crois avoir trouvé une coéquipière idéale (et… joie intense, de mon niveau). Oh, sincèrement je crois qu’elle est un peu meilleure que moi, elle a beaucoup plus d’expérience derrière la cravate si vous voulez mon avis, ce qui est franchement fabuleux parce qu’elle peut me parler des montagnes environnantes car elle les a à peu près toutes faites. Pour la performance, on marche à la même vitesse, pas trop vite, pas trop lentement, aucune pause durant l’ascension ni durant la descente, juste une belle heure de luch en regardant le paysage une fois rendues au sommet. Avons fini la randonnée assises sur une roche, les deux pieds dans la rivière, au pied des montagnes; nous séparant une canne de Coors Light à deux. Voilà ce que j’appelle, la grosse vie sale.

Le sentier ressemble à ceci.

Le dernier bout de montée à ceci.

Vue d’en haut.

C’est moi ça, toute fière d’être là.

La rivière.
Moment drôle de la journée, en passant la douane au retour (à peine romancé):
Douanier- Z’avez passé combien de temps aux États-Unis?
Nous- Une journée monsieur!
Douanier- Z’avez fait quoi?
Nous (tout sourire, grâce à notre boost d’endorphines du jour)- D’la randonnée monsieur!
Douanier- Rapportez-vous quelque chose?
Nous- Non!
Douanier (l’air de dire come on les filles, j’en ai vu d’autres)- Deux filles, aux États-Unis pour la journée et vous avez rien acheté?
Nous- Ben euh… deux big macs?
Douanier- ??? Quoi?? Et toutes vos belles calories brûlées en rando, vous y avez pensé?
Nous- On a pas pu résister à l’odeur à la pause-pipi monsieur… (pis à Rome, on fait comme les romains non?)
Douanier- Y sont meilleurs ici ou de l’autre bord de la frontière?
Nous- De l’autre bord monsieur, plus savoureux…
Douanier (tout sourire)- Bon allez, bonne journée les filles…
Serions presque restées pour jaser plus longuement avec lui, je crois que c’est mon premier douanier sympathique à vie.
Pour être franches monsieur le douanier, on y a pensé à aller magasiner, mais après 4 heure de marche, c’était pas su-per tentant d’aller squatter les cabines d’essayage à la recherche d’un quelconque spécial alléchant.

J'hésite entre le rire sadique, la pitié et le bouche-bée

2 June 2009

Pauvre femme…

Pris ici