des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Liens

30 May 2009

Il me semble que ça fait un bon bout de temps que je ne vous ai pas donné de liens intéressants à visiter. Je vous donne donc aujourd’hui une petite liste de blogues que j’ai découvert récemment (ou pas) et que j’aime bien lire (c’est quand même un peu inutile de le préciser je suppose?!?).
Donc, en premier lieu: Patrimoine, Histoire et multimédia
Je vous cppie-colle un bout de son à propos:
“diplômée en histoire profil multimédia de l’Université de Sherbrooke, je suis depuis quelques années agente au dépouillement des médias (une sorte de documentaliste). J’ai créé ce blog pour partager ma passion de l’Histoire et du patrimoine du Québec.”
Apartment Therapy, parce qu’il y a des dizaines d’idées déco que je veux copier!
The Big Picture. Superbes photos de l’actualité mondiale. On trouve de tout: guerres, sports, politique, catastrophes humanitaires, météo, fêtes nationales… et les images sont toujours superbes.
Kim Vallée. Cette fille m’inspire. Mon appartement ne ressemblera jamais aux photos qu’on retrouve sur son site, ma table non plus d’ailleurs, mais au fil des jours je lui pique des idées et oui, j’en suis persuadée, un jour, je deviendrai une meilleure personne grâce à elle.
Et voilà pour aujourd’hui, là je pars profiter des minutes de soleil qu’il nous reste…

Fierté de mère

30 May 2009

Hier matin, Coquinette et moi sommes allées chez le dentiste pour le premier rendez-vous de ma puce. Suis contente, j’avais peur que ça se passe mal, qu’elle ait peur, qu’elle fasse des crises et tout mais en fin de compte… non. Elle a bien fait ça du début à la fin.
Quand le dentiste a vu les dents de ma puce, il s’est exclamé: “Rien à redire, dents parfaites, toutes droites, juste assez espacées… comme dans les livres!”.
Il est reparti tout joyeux dans le corridor.
…J’étais fièèèèère…
L’hygiéniste de rajouter: “Elle a probablement vos dents madame”.
Rôôôôôôô… sérieux, je sais pas trop comment cette enfant a fait son compte, mais à date, elle a pris bien soin de s’approprier le plus beau de chacun de ses parents: mes yeux, mes fesses, mes dents. Ses jambes, sa grandeur, son côté baveux. Au gré de ses humeurs elle emprunte son visage ou le mien. La grosse déception de mon côté, c’est qu’elle n’ait pas mes frisous dans les cheveux et du sien; qu’elle ait les pieds de sa mère (qui sont quand même pas si mal au coup d’oeil mais tellement longs que le port du ski en hiver devient d’un superflus…). Quand t’en est rendu à analyser le mouvement des cheveux ou le 1.5 de pointure de trop. Je crois que t’es mûre pour ravaler tes reproches et te contenter de remercier la vie de t’avoir choyé de même… et d’espérer que ça dure encore longtemps, longtemps, longtemps…
Alors voilà, un rien valorise mon coeur de mère, même une visite chez le dentiste.
Pis aller chez le dentiste, c’est chouette, parce qu’après ça, ta mère t’achète un cadeau parce que t’as été fine et elle t’invite au restaurant pour te double-récompenser. C’est chouette aussi pour la maman, parce que je sais pas pour vous autres, mais moi, un de mes gros fun… c’est d’acheter des récompenses à ma fille!

Comptines

30 May 2009

Suis tombée sur un petit film de comptines la semaine dernière. C’est tourné en 1975 et on peut y voir des petites filles qui jouent à l’élastique, à la corde danser, au bolo, au ballon… en chantant des comptines de l’époque. S’il y en a plusieurs qui sont toujours chantées, je doute que certaines aient résisté à l’usure du temps (lire; celles qui vous feront glousser de rire pendant le visionement)… en tout cas, c’était mignon comme tout, tellement que j’ai tenu à le faire écouter à Coquinette tantôt.
… Pis ça donne des idées d’activités, parce que des fois on vient un peu à cours de ressource…
Za part de cela, j’ai des pulsions pour acheter un élastique. Me demande si ça existe encore? Me semble que j’en ai pas vu depuis des lustres…. oh well, au pire, j’attacherai un élastique de couture.

4

28 May 2009

Il y a 4 années ce matin, à 1h, Coquinette naissait.
C’est comme un peu long accoucher alors mes souvenirs sont flous… me rappelle de la température le 27 à 6 heures le matin quand je suis entrée à l’hôpital (frette et gris comme aujourd’hui). Me rappelle de la BD que j’avais amenée pour m’occuper pendant le travail. Me rappelle de quand on a crevé mes eaux (c’est traumatisant), d’Ex, démuni et impuissant car incapable de prendre un peu de ma douleur. Me rappelle de l’espèce de calculateur de force de contractions, j’étais bien fière de voir la petite aiguille dans le tapis et de ne pas avoir trop mal… puis le mal est venu… et la césarienne. Me rappelle très bien de la césarienne, j’aime les hôpitaux, le sang, les seringues; j’en ai eu pour mon argent.
Me rappelle de ma Coquinette aussi! De son premier regard, son premier pleur, son premier boire, son deuxième aussi parce que j’arrivais pas à croire que cette chipie avait faim seulement 1 heure après son boire (me disais intérieurement:”Oh boy, peanut, j’viens d’accoucher là, tu pourrais pas me laisser dormir un peu?”).
Enfin bref, je suis émue aujourd’hui et j’ai le coeur rempli d”amour pour mon p’tit soleil.
Bonne fête princesse, maman t’aime gros comme l’univers, prout-prout apitchoum.

La sacoche d'une mère voyageuse

23 May 2009

Voici, tel que promis, l’analyse de la sacoche de la mère voyageuse. Notons qu’à priori, il n’y a pas de contre-indication à lire ceci si vous êtes un homme puisqu’il est possible de tout mettre ce pataclan dans un sac à dos ou, si le coeur vous en dit, dans une sacoche de gars (admettons que vous seriez adeptes du port de souliers de cuir pointus blancs).
Tout d’abord, choisissez votre sacoche* consciencieusement, elle devra être solide, jolie (mais pas trop, pour ne pas attirer l’attention, imaginez qu’on se mette dans la tête de vous la voler). Assez grande pour contenir une veste de rechange tout en restant assez petite pour ne pas être trop lourde, ce qui risquerait de vous léguer un fichu mal de dos après seulement quelques heures de tourisme. Vous connaissez le principe: plus c’est grand, plus on la remplit, vaut mieux prévenir que guérir avec cette histoire de sacoche sinon vous ne voudrez plus vous promener. Maintenant parlons du contenu, il y a l’essentiel… et le superflus.
Essentiel-sans-grand-éclat-que-tout-le-monde-a:
– Votre porte-monnaie, pour des raisons évidentes.
– Votre cellulaire (quoique bon, moi j’en ai pas alors c’est loin derrière le superflus dans mon cas)
– Des papiers mouchoirs… un paquet de voyage si vous êtes organisé ou 5-6 en désordre si vous partagez des gênes avec moi.
– Une carte de la ville, genre, ou un gps si vous partagez des gênes avec mon moi rêvé.
Le superflus-plus-chouette-qui-je-l’espère-agrémentera-votre-existence:
– Un échantillon de crème solaire ou un tube de crème en solide dans le genre de celui-ci. Vous pouvez aussi, tout simplement, transvider un peu de crème dans une petite bouteille avant de partir pour votre journée de tourisme. Le but en fait, étant d’avoir votre crème avec vous sans vous alourdir… parce qu’on ne sait jamais quand on va tomber sur un parc ou une fontaine et qu’ils sont souvent situés en plein soleil… Ma technique ressemble probablement à la vôtre, on se met de la crème le matin avant de partir et lors des arrêts pour profiter du soleil (ou en cours de route si le soleil tape trop fort). Pour ce qui est du degré, de la marque, de la fréquence, franchement j’y connais pas grand chose… mais votre pharmacien, oui.
– Baume à lèvres avec fps, pour les mêmes raisons que pour la crème solaire.
– Un foulard de hippie. Un genre de châle, ou de paréo long d’un bon mètre et large d’au moins 30 centimètres. C’est long, ça sèche rapidement, ça prend à peine de place dans la sacoche et ça sert à peu près à tout : vêtement de rechange (ben mal pris, un petit noeud et tu viens de gosser une robe à ta fille), veste, chapeau, serviette de bain, couverture pour pique-niquer, couverture si votre enfant fait la sieste (en train, avion, autobus, ça m’a toujours rendu de fiers services), foulard si la température tombe le soir venu. Z’êtes en train de visiter une ville, vous tombez sur des jeux d’eau, votre enfant n’a pas de maillot (encore moins de serviette).. pas graaaaave, vas-y en culottes ti-pou, et en plus on a une serviette disponible. Notons qu’il est plutôt pratique d’opter pour un tissus qui se lave bien, car il en aura souvent besoin (le tissus).
– Petite bouteille de désinfectant type Purell. C’est beeen pratique quand on n’est pas à la maison et qu’on doit gérer des enfants incapables de ne pas se mettre les doigts dans la bouche. Très apprécié également lors de la sortie des bécosses, avant la collation en plein air (après avoir joué 1 heure dans le carré de sable) ou mieux encore, quand tout ceci vous arrive à l’intérieur des même 5 minutes.
– Un mini-sac de tissus, de type Randy Bag. Ça, c’est bien pratique, surtout si vous avez un petit fond “acheteur compulsif” comme bibi. Il existe un modèle, de plus en plus répandu, qu’on peut se procurer pour environ 3$, c’est un petit sac qui se plie et se range dans une pochette de quoi, 1 pouce par 2 pouces par 1/2 pouce. Très pratique pour acheter une petite épicerie si vous décidez de luncher au parc, pour ranger le foulard de tantôt rendu mouillé suite à la baignade, pour stocker vos achats du jour (personnellement je me ramasse toujours avec des souvenirs même quand je vais juste à Québec). Pratique beaucoup aussi pour l’éventualité où votre sacoche se remplirait au courant de la journée et qu’elle devienne trop lourde… c’est important de bien répartir le poids…
– Lunettes fumées (moi quand j’en porte je dois mettre des verres de contact et donc rajouter les gouttes oculaires dans la sacoche).
– Connaissez-vous les Buff? J’ai découvert ça l’an dernier, c’est cher un peu, autour de 20$ mais vraiment, je trouve le bidule très pratique. En résumé, il s’agit d’un cylindre de tête multifonction, on peut en faire un bandeau, un foulard, un genre de bandana, un élastique à cheveux, un truc aux poignets (mais ça vraiment, quand tu visites Boston, c’est franchement inutile). Plié, ça prend à peu près le même espace que 4 papiers mouchoirs. Ils en font pour bébés (j’avoue que celui-là je l’ai pas mais maintenant que je viens de le voir, me suis bien entendu créé un besoin). J’ai acheté le mien au Yéti sur Saint-Laurent, je ne sais pas s’ils en ont encore, ça doit?. Les imprimés sont habituellement jolis.
– Un appareil photo. J’adore faire de la photo et j’ai un bien bon appareil…. qui a malheureusement le principal défaut d’être énorme. Pis moi, ben… j’suis pas courageuse; je suis même paresseuse et pis j’ai peur de l’oublier parce que j’y tiens trop. J’ai donc décidé que j’utiliserais mon bon appareil si: je pars pas trop loin, pas trop longtemps, et que pour le reste je voyage léger (comme par exemple, si je n’ai pas besoin d’apporter de lunch). Pour toutes les autres occasion, j’ai un petit Canon cheap qui me suit partout. Il prend des photos “correctes”, et a pour principale qualité de ne représenter aucune valeur émotive pour moi. Je peux donc le trimbaler partout. Je l’ai choisi tout petit, pour qu’il puisse rentrer dans une poche de jeans… ou au fond d’une sacoche. Ma grosse erreur de l’été dernier aura été de ne pas lui trouver un étui. Cette année je ne m’y ferai pas reprendre puisque les réparations d’appareils photos… c’est cher!
– Collations. En vacances, on ne sait jamais tout à fait quand on mangera, si on trouvera un resto à notre goût, oubliera-t-on l’heure du dîner? Serons-nous pris sur un traversier à l’heure de la collation? J’ai donc développé la technique de la mère prévoyante et je traîne avec moi un multitude de snacks pour tout le monde (3-4 parmi les choix suivants): crudités, pommes, oranges, raisins, baies, compotes à boire (Dole et Andros en font), biscuits de bébés, petit sac de céréales sèches, les Mini-Wheats et les Cheerios par exemple se grignottent bien), raisins secs, canneberges séchées, bananes séchées, mélanges de noix. Ça et une demie-bouteille d’eau, afin d’assurer l’hydratation de ma fille. Dans les grandes villes il y a des abreuvoirs à peu près partout, c’est moins nécessaire d’avoir une grosse bouteille pour chaque membre de la famille. Il reste que d’avoir une petite réserve sur soi est quand même pratique.
– J’ai pris l’habitude de traîner un petit calepin, d’environ 2 pouces par 3 pouces et 3-4 crayons de cire attachés avec un élastique. Ça passe le temps si on a une attente imprévue. Quand Coquinette termine ses dessins je prends la peine d’écrire la destination et l’année. Elle est rendue avec un drôle de calepin, pré-journal-de-vacances parsemé de jolis dessins colorés.
– Petit couteau de poche. Parce que. J’aime ça moi, les couteaux de poche. Le mien est muni d’une lime à ongles et d’un petit ciseau; il sauve des vies depuis 1991.
* Notons qu’à partir d’ici, j’opterai pour le terme “sacoche” uniquement et non “sacoche/sac-à-dos” simplement afin d’éviter une certaine lourdeur dans le texte.

lol

23 May 2009

Je suis nouvelle dans le domaine, tout juste 3 mois d’expérience derrière la cravate… mais une chose commence à m’intriguer beaucoup…
Suis-je la seule qui, lorsqu’elle demande des compositions à ses étudiants (qui ont entre 25 et 50 ans), reçoit des copies avec “lol” écrit dans le texte? Ça et plein d’abréviations nébuleuses…
En fait je dis que ça m’intrigue, mais je ressens plutôt un mélange de fascination-dégoût-découragement.

Évolution

23 May 2009

Il y a plusieurs étapes d’évolution chez les enfants: premier boire, premier sourire, premiers pas, premier dessin, petit pot et j’en passe. Il y a la première foi où ils arrivent à écrire leur nom comme du monde (en général c’est un hasard et ça leur prend encore un bout de temps avant d’être capables de tout écrire dans le bon ordre avec des lettres placées du bon bord. Ici par exemple, on peut parfois contempler des “E” à 8 branches). L’arrivée du courrier électronique vient d’ajouter une étape à mon avis: les premiers courriels.
Pour le moment, on ne comprend pas grand chose mais on peut tout de même admirer la position des paragraphes et la signature, bien placée dans le texte.
“bbvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvrtreewq
ccoquinette
wqrtgfvbnmjklouiuyytreewwqacxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxtgfffdsaqwserrftj,.
. vbbbnnnnnnnbbbvbvvccdddrfnhgjhhmn ggfddfgfxxbndk,fh
jggfds
fhfgkmjhgtfjhfdgh
tuylyib,trtg
àgvg,hgh
gvh tybbgvv
j.hhgfdhg44321
1234567890-=
1290876754321
12234567890/1223345667890oiutyrcsffxszsfygnhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhheeeeeeeeeeeeeeeeeeeewwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwqqqqqqqqqqqqqqqqqqqxxxxxxxxxxxxxxyyyyyyyyyyyyyyuuuuuuuuuuiiopJUJvfgdxhudiofkvhuhu
fggfffgsfdsssssaasssagggmv yh ffchblmv
jh^ynyinggn
Coquinette”
Habituellement quand ma fille pond un truc semblable, je rajoute en bas de tout:
Traduction:
Et lui demande de me relire ce qu’elle vient d’écrire plus haut.

Rouli-roulant

21 May 2009

Ah ben tabarhouche, moi qui croyait qu’on était dans le vent en 1988… le film date de 1966!

Dictionnaire comique

21 May 2009

En visite chez ma cousine, je suis tombée sur un livre savoureux que je qualifierais de génial. Voici le titre: Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial. Avec une explication très fidèle de toutes les manières de parler burlesques, comiques, libres satyriques, critiques & proverbiales, qui peuvent se rencontrer dans les meilleurs auteurs, tant anciens que modernes. Le tout pour faciliter aux étrangers & aux français même l’intelligence de toutes sortes de livres.
Nouvelle édition revue et corrigée, 1786
Ma vie a changé depuis que j’ai découvert ce livre, je suis une personne plus joyeuse, plus intelligente, j’ai des poussières d’étoiles dans les yeux et je cours après le monde pour leur faire découvrir des expressions qui, littéralement; m’enchantent. J’m’en peux plus, je passe mes soirées à courir après mon amoureux, criant sans relâche: “Chériiii, chériiiii; écouuuuute, celle-là, vraiment, c’est la meilleure!“.
Puisque j’ai le coeur sur la main, je vous en mets cinq (vous le savez pas, vous n’y voyez que du feu, mais dans la première version de ce texte, j’avais écrit “deux”) pour aujourd’hui mais je me connais, je crois que je vais y prendre goût, ne vous surprenez donc pas si je vous en ponds une multitude d’ici quelques mois…
Amatiner: Se lever de grand matin.
Amuser: Amuser le tapis. C’est perdre le temps en vaines propositions & ne rien conclure, s’arrêter à plusieurs circonstances inutiles, sans venir à la question principale.
Laidasse: Grosse femme très laide.
Joliveté: Chose jolie, agrément.
Débander: Se dit au figuré & dans un sens libre du membre viril, quand il entre dans son centre après une jouissance lubrique. Cette retraite cause quelquefois de l’humeur aux dames.
“Je me plaisais à voir la brillante structure:
Dans les productions j’admirais la nature;
Mais quoi! il débande & ce lâche recule.”

Rêvasser

13 May 2009

Ah bah voilà, du haut de mon p’tit café du matin, c’est en toute humilité que je me gonfle le torse, fière de faire partie d’une race supérieure.
…. et pis, c’est chouette être dans la lune, bon.