des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Parc soleil

21 February 2009

Décidément, plus je vieillis, plus je ressemble à mes parents. Papa, quand j’étais petite (et encore aujourd’hui), passait son temps à regarder les prévisions météo et à nous dire: “Allez les enfants! Faut aller jouer dehors! C’est la plus belle journée de l’hiver aujourd’hui!”
Papa a, en moyenne, 10 plus-belle-journée-de-l’hiver par année, et comme si c’était pas assez, il se réserve le droit de nous ressortir des variations sur le même thème au le printemps, à l’été et à l’automne.
Ainsi donc, me voilà, à presque-l’âge-adulte, en train de… déclarer une fin de semaine sur deux à ma Coquinette: “Ti-peanut! Aujourd’hui on s’en va jouer dehors avec (insérez le nom d’un ami, cousin, parents, poupée); tsé, c’est la plusse beeeeeelle journée de l’hiver.
N’empêche qu’aujourd’hui… j’étais pas très loin de l’absolue-vérité.
Z’avons donc chargé notre journée, avec pour commencer, le cours de ballet, ensuite le chocolat chaud chez grand-papa/grand-maman, suivi de l’escapade patin pour montrer, de haut de toute la fierté que j’accumule depuis décembre; comment ma fille/mon âme/mes tripes patine bien.
Z’avons ensuite joué dans la neige, moi, pendant ce temps-là, je prenais des photos d’un des parcs de mon enfance: Nicolas-Viel.
Enfin, bref, une petite journée pas mal chouette avec mes parents.
Et puis, bon, parce que j’avais mon kodak avec moi… et parce que je sais que certains de mes lecteurs n’ont pas droit à autant de neige que nous, je vous mets des photos…

Ça, c’était mon arbre quand j’étais ado, je grimpais sur la grosse branche… j’ai probablement écrit des poèmes d’âme torturée sur cette branche-là. Beaucoup regardé l’eau de la rivière (en arrière-plan c’est la Rivière-des-Prairies) couler aussi. Probablement versé quelques larmes… Maintenant quand je le vois, je suis toujours émue… et je me retiens pour ne pas monter dessus… je devrais pas han?

Ça fait des semaines que je me dis qu’il faut que je prenne une photo des chevaux à ressorts pour montrer le niveau de la neige. Là c’est dommage, la pluie et le redoux de la semaine dernière nous en ont enlevé un bon pied…

Me disais que je mettais peu de photos de moi sur ce blogue, en voilà une toute fraîche. Me voici donc, vêtue de mon beau manteau de ski et de mes beaux pantalons de neige.

De retour chez papa-maman, on discutait autour d’un café et j’ai aimé ce que je voyais dans ma cuillère. J’ai essayé de le reproduire pendant un bon 10 minutes mais j’ai pas vraiment réussi. Dommage… (notons que ça a probablement laissé mes géniteurs quelque peu perplexes, de me voir me lever d’un trait au beau milieu d’une discussion pour aller chercher mon appareil photo et faire des macros d’une cuillère et d’un napperon l’oreille distraite…)

Quand j’étais petite, une de mes activités préférée c’était jouer au parachute. On a fait ça, Coquinette et moi dernièrement dans le cadre d’une sortie de garderie. C’est joli la lumière quand on est en dessous…

Celle-là date d’il y a trois semaines; alors que j’avais une vie moins mouvementée et que j’avais le temps de prendre des macros de billes prises dans un goulot de vieille bouteille.

Bon, bon…

18 February 2009

Ça y est, j’étais tannée de gérer des spams et des commentaires douteux… alors voilà, pour un temps (le temps que j’update mon site en bonne et due forme), plus aucun commentaire ne sera publié sans mon approbation.
Je sais, ça gâche le fun de l’interactivité… mais c’est l’option la plus simple et la plus rapide pour le moment alors c’est celle pour laquelle j’ai opté.
Za part de cela, ma vie bouge à 100 miles à l’heure ces jours-ci, en moins d’une semaine j’ai eu une offre pour un nouvel emploi (plus payant, plus près, plusse-mieux pour mon cv), donné ma démission pour le précédent, terminé mon (ostie de) contrat que je traînais depuis un siècle. Et je patauge allègrement depuis hier en plein coeur de mon nouveau défi du mois… en tant que simili-professeure de 2 groupes d’une vingtaine d’élèves. Le plus impressionnant dans tout ça c’est qu’en fin de compte je crois que j’aime beaucoup ça… suis la première surprise parce que bon, moi les exposés oraux, j’ai toujours eu horreur de ça!
Enfin bon, je suis beaucoup debout, j’ai plein de choses à apprendre, beaucoup de pain sur la planche, je cours comme je n’ai pas eu à le faire depuis des lustres… oui, je suis rouillée un brin… ce qui fait que… là il est 18h34 et je m’en vais me coucher. Comme dans drette-là,
Alors bon, les mises à jour de blogue, pour le moment, c’est comme pas vraiment dans mon top 5 de priorités… Mon gros défi de demain sera plus humble: arriver à veiller jusqu’à ce que ma fille se couche.
Sur ce, bonne soirée à vous et vraiment, ça va me faire plaisir de lire vos commentaires, faut juste pas vous offusquer si la page qui vous dit que je dois accepter votre truc soit en anglais, ou si ça me prend 12-24h avant que votre commentaire soit publié.

Bilingue

13 February 2009

Coquinette essaie de parler en anglais aussi des fois, comme là:
Wouonne, toux, tui

Farfalles

13 February 2009

Ça y est; je m’y suis remise et cette fois-ci, c’était un succès je crois.
J’ai utilisé la machine pour bien aplatir ma pâte. J’ai pris soin de passer le mélange dans la machine trois fois plus que lors de mes derniers essais, ça se voyait tout de suite que mes pâtes étaient mieux travaillées et plus souples.
Étape 1: Préparez votre mélange (avec la recette de votre choix)
Étape 2: Passez votre boule de pâte aplatie dans le rouleau de votre machine à pâtes.
Étape 3: Répétez l’étape 2 plein de fois, et ensuite de cela; encore une autre fois
Étape 4: Coupez les pâtes en carrés (rectangles…) à l’aide d’une petite roulette cute (voir photo ci-dessous)
Étape 5: Pincez les petits carrés dans le milieu pour faire de jolies boucles
Étape 6: Faites sécher



Avec 3 tasses de semoule et 4 oeufs (+ un brin d’huile d’olive et d’eau) j’ai réussi à faire trois assiettes comme celles-ci.
*Note: J’ai mangé la moitié de la recette crue avant qu’elle ait eu le temps de sécher convenablement. Trop bon des pâtes crues….

J'en veux plussse

9 February 2009

Ça va dégeler mercredi, il va faire chaud, 7°, 8°… les patinoires vont se briser… et moi j’ai envie de crier NAOOOOOOON! Tout mais pas çaaaaaaa! Brisez-pas ma patinoire!
Alors hier j’ai traîné ma fille et mon chum au parc pour une escapade-patin, question d’en profiter au plus vite, tout d’un coup les journées de mardi et mercredi me scraperaient mes belles glaces…
… Me demande si je vais pas remettre ça ce soir…
C’est drôle de voir comme ce qui arrange certains en fait suer d’autres. Là par exemple, mon cauchemar serait que la glace dégèle. À l’inverse, je pourrais parier que bien des gens attendent ce redoux avec impatience; enfin un froid tolérable…
C’est comme pour la neige, ça va mal les transports quand t’as pas d’auto, un enfant et pas de neige. La poussette se pousse mal dans la garnotte et depuis quelques jours, il n’y a plus assez de neige sur les trottoirs pour utiliser le traîneau. Enfin bref, en ce moment, la seule option zen, c’est la télé-portation et malheureusement pour nous, ça n’est pas encore super au point.
Alors voui, aujourd’hui, je déclare haut et fort: :Je veux plus (+++) de neiiige! Et plus (+++) de froid! Bon!
En tout cas, depuis que je suis capable de pivoter sur un dix cents (et de faire des gros ronds gracieux et de freiner pas-en-chasse-neige); quand je chausse mes patins, j’ai l’impression de jouer dans un épisode de Peanuts
…Suis ben… ben… fière…

Productivité

8 February 2009

Je crois que j’étais en manque de blogue, ça me manque, durant la semaine, de ne pas avoir assez de temps pour pondre des billets. En tout cas là vous avez presque assez de billets pour en lire un par jour d’ici la fin de semaine prochaine :-)
Pis j’ai même pris la peine de mettre des images…

Pâtes maison

8 February 2009


J’avais décidé il y a un an, peut-être plus, que j’allais me lancer dans l’aventure de la fabrication de pâtes maison. Ma maman, qui a eu toutes sortes de trips culinaires au cours de vie, dont celui de faire son vin, son vinaigre, sa crème Budwig, et j’en passe, m’avais refilé la machine qu’elle utilisait pour nous faire des fettucinis quand j’étais petite.
Fière de mon acquisition je la posai dans l’armoire de la cuisine et depuis je lui faisais honneur en prenant la peine de la contempler au moins une fois par mois. J’accompagnais habituellement l’exercice de belles exclamations mentales comme par exemple:
– Rôôôôô, que tu es belle chère Lusso 160
ou bien encore
– Un jour, oh voui, un jour, je vais te sortir de ta boîte.
La semaine dernière une amie me parlait de ses pâtes faites maison, elle me précisait que c’était facile à faire depuis qu’elle achetait sa semoule de blé chez Dante.
Le hasard me fit passer justement au coin de Dante et Saint-Dominique plus tard dans la semaine.
Hier, comme je n’arrivais pas à me concentrer, j’ai décidé d’essayer ça: faire mes pâtes.
J’avais la semoule, la machine et la recette (la madame chez Dante m’en a refilé une). J’ai juste comme oublié de faire des recherches sur Internet avant de m’y mettre. En fin de compte c’était très bon et aussi très facile à faire… pas si long… recette super simple (woohooo; 3 ingrédients).
J’ai juste comme oublié de faire sécher mes pâtes après les avoir moulées… alors voui (riez, riez), elles ont pris un peu en “pain”. Mais on s’en fout! J’ai fait mes premières pâtes maison, maintenant je sais comment ça marche, je sais que c’est facile, que c’est pas si long, que ça goûte bon et que ça me valorise beaucoup de gosser ça le samedi après-midi pendant la sieste de Coquinette.
Ah oui et j’ai même eu un petit moment d’émotion quand j’ai testé mon oeuvre en faisant cuire mes premières pâtes. À la première bouchée… j’ai reconnu… le goût des pâtes de mon enfance. Juste pour ça, ça valait la peine d’essayer.

Voyez, ma principale erreur c’est d’avoir fait des petites boules (comme certaines sont emballées dans le commerce) avant de les avoir fait sécher. La prochaine fois je vais les laisser plusieurs heures sur un séchoir. Erreur de débutante…
Et aussi je me demande, si certains de mes lecteurs/lectrices auraient des recettes de pâtes maison faites avec autre chose que du blé à partager ici? Parce que moi j’aime bien le blé mais j’aime bien aussi varier les sortes de céréales… alors voilà, j’aurais envie d’essayer des choses… (et bien sûr la prochaine fois que je m’y mets, je vais jouer à colorier mes pâtes avec des purées de légumes).

Insatisfaction

8 February 2009

J’ai le rhume, encore. Un gros là, qui vous fait tourner la tête et vous fait cracher des trucs et là vous vous dites: ” No way, mon corps a pas assez de place pour stocker toute cette morve, c’est im-pos-si-ble”.
D’habitude quand je suis malade je le remarque même pas. Depuis l’entrée en garderie de ma puce j’ai combattu assez de virus pour être rendue immunisée, non pas par les virus en tant que tels, mais plutôt au fait de se rendre compte qu’on a attrapé une affaire. Là par contre, ça fesse, ça s’étiiire, ça duuure, ça fatigue, je consomme un nombre hallucinant de kleenex, je tousse, je râle et j’ai le nez tout sec. J’ai plein de choses à faire mais je n’ai réellement envie que d’une chose: dormir.
Mais je peux pas dormiiiir. Parce que je dois faire à manger, tenir maison (bon, ok, je tourne les coins très ronds de ce côté-là), m’occuper de pupuce… je dois travailler aussi… mais j’arrive juste pas à me concentrer.
Pis là, comble du comble, je suis rendue au stade où je suis devenue bête. Comme j’arrive plus à me concentrer, que les choses avancent pas comme je le veux, que j’suis tannée d’être de même, j’ai eu la bonne idée de me réfugier dans ma bulle ces derniers jours.. et… voui… d’être bête, sèche, rude.
Ceci me faisait penser à un truc, c’est désagréable; quand je suis stressée ou malade, je deviens une grande insatisfaite de tout, je chiale pour rien, je suis bête, y’a rien qui fait mon affaire. Et ça, on le sait tous, ça tombe sur les nerfs de tout le monde (moi la première). Et moi ça me fait me dire que je suis insatisfaite de cette partie de moi-même, celle-là même qui fait de moi une personne insatisfaite dès que ça ne tourne plus rond.
Ça me rend tellement insatisfaite… tellement là… que j’ai envie… de faire une plainte. Mais où? À qui? Au fabricant? C’est ça, je devrais faire une plainte à l’usine qui m’a fabriquée afin de dénoncer haut et fort mon insatisfaction à être insatisfaite de la sorte.
Alors voilà; ce soir je rédige, demain, j’envoie une lettre enregistrée à mes parents.
Du coup, rien que de m’imaginer en train de leur écrire une lettre leur refilant tout le blâme de mon mécontentement, me fait sourire… de satisfaction.

Lapin excédé

7 February 2009

Alors bon je trouvais que c’était pas très interactif mon blogue depuis quelques temps… et je m’ennuie de faire des dessins, mais c’est compliqué les dessins, faudrait que je sorte ma tablette, que je m’assoie à mon bureau (la chaise est brisée, pas très confortable et pas assez haute, faut que je mette un bottin des pages jaunes dessus pour me sentir à la hauteur)… alors je brette les dessins et en attendant la motivation j’ai gossé un montage photo et un mini comic…

*Je voulais vous mettre les souris mais elle bougent tellement vite… que j’arrive pas à prendre de belles photos d’elles, pourtant c’est pas faute d’avoir essayé…

L'énergie des petits

7 February 2009

Je sais pas si c’est comme ça par chez vous, chez nous c’est de même que ça se passe en tout cas. L’hiver, j’ai tendance à hiberner un peu. Malgré le fait qu’on ait patiné plus souvent qu’à l’habitude et que j’aie fait certains efforts pour aller glisser, faire de la raquette ou visiter le parc, le bilan d’activité physique est nettement inférieur à celui des trois autres saisons de l’année (déjà en se coupant de la demie heure de parc quotidienne, ça change du tout au tout l’inventaire des activités de la semaine). Enfin voilà; par chez nous on bouge bien moins en hiver qu’en été.
Je réalisais dernièrement que ma fille avait perdu une partie de sa capacité d’attention, qu’elle écoutait moins bien les (osties de) consignes, qu’elle avait renoué avec la fâcheuse habitude de se jeter par terre quand elle n’est pas contente… que je suis aux prises avec une escalade de punitions qui, quand j’y repense, ont toutes l’air plus ridicules et démesurées les unes que les autres… et je me disais:”Oh là,là, c’est dont pas drôle le “3 1/2 ans”, pfffff”. Et aussi je me soufflais dans le toupet en même temps que je m’essuyais la sueur du front. Je me disais ceci en ayant la ferme impression de ne pas pouvoir aider ma fille… jusqu’à ce que je fasse des petits liens. Ça s’est passé très exactement au courant des deux derniers samedis, alors que je revenais des cours de ballet. Voilà comment ça s’est présenté: mon papa vient nous chercher, on part au marché tous les trois ensemble, Coquinette a droit à une chocolatine et un chocolat chaud pendant que moi je sirote un café, que je mange un croissant et que je jase avec mon père (ou ma mère, ils s’échangent les rôles). C’est ben le fun, ça fait une petite tradition bien agréable. Sauf que… Coquinette, quand elle sort de son cours de ballet, elle est un peu comme euh, disons-le poliment: pas du monde. Elle a de la misère à être gentille, polie, à rester assise… et vraiment, en la regardant, on ne peut pas s’empêcher de se dire que wô… cette enfant-là a vraiment BESOIN de bouger. Mais elle sort d’un cours de danse cibole! Elle a couru et sauté pendant une heure! Comment se peut-îl que ça ne soit pas assez? (Ah et je précise qu’on lui donne de l’attention, on ne fait pas que jaser entre “grands”)
Est-ce un trop plein d’énergie accumulée au cours de la semaine? Devrait-on ouvrir les classes d’aéro-boxe aux moins de 5 ans? À moins qu’on propose la création de locaux de spinning dans les CPE de la Province?
Pour en revenir à mon vers à choux, après le marché d’aujourd’hui je l’ai amenée au parc et j’ai bien vu… que de l’énergie… elle en avait encore de grosses réserves. C’est fou, on pense que nos petits sont fragiles mais à voir la mienne, toute mince et délicate en apparence, on voit ben que c’est capable d’en prendre ces petites choses là.
Enfin bref, l’hiver, c’est amusant, mais des fois, ça joue des tours. Surtout quand on a un enfant d’âge pré-scolaire à la maison. Parce que les enfants, qu’on se le dise, n’ont pas toujours super gros conscience d’eux-même, de leurs désirs, de leur santé, de leur bien-être… et puisqu’ils ne sont pas capables de dire franchement, haut et fort:” Rôôôôôôô, là, là, j’ai trop d’énergie! Faut que j’aille faire du jogging”. Bien je vous confie un truc, que vous avez probablement déjà compris si vous êtes vous-même un parent: dans le dossier de la gestion de l’énergie-de-la-marmaille… il est de bonne augure de prendre les devants, plutôt que de subir un petit monstre (surtout quand visite il y a).
N’empêche, ça fait réfléchir; je me surprend soudainement à repenser à mon enfance, à mes parents qui nous envoyaient jouer dehors malgré nos soupirs et nos plaintes de “voui mais j’ai froiiiiid” et je me dis… tiens… j’lesi ai toujours admirés pour leurs belles valeurs de plein air et d’exercice; maintenant je comprends qu’ils avaient probablement un double, voir un triple intérêt à nous sacrer dehors…
En bout de ligne, niaiser dans le banc de neige avec les petits voisins en suçant nos mitaines (de cuir qui déteignaient), ça reste dans mes bons souvenirs d’hivers d’enfance…