des Peccadilles

|

… et autres histoires palpitantes

Gribouillis

30 April 2007

La question du jour est : pourquoi est-ce que depuis une semaine, quand je suis au téléphone…je dessine un lapin ???

Lapinpinpin

Ah, pis kin, tant qu’à en faire un: c’est Coquinette et moi en train de lire des livres. 

Coquinette et moi on aiiiiiiiiiiime les livres !

Les livres des ami-mots...c'est les plus chouettes !

Drame dans ma cours

29 April 2007

Je dois absolument vous parler d’un truc qui me scandalise, je suis une femme outrée.  Ex, cette semaine, est venu faire le ménage du sous-sol.  Le ménage de nos boîtes et; et il a jeté plein de choses.  Jeudi en rentrant chez moi je l’ai trouvé dans la cours qui au lieu de ressembler à une belle cours de printemps avec mes crocus et mes tulipes ressemble à un éco-centre.

- Salut, je viens de faire le ménage en vue de mon retour en juillet.
- Ah ouaip, c’est bien ça que tu t’y prennes un peu d’avance
- Ouais, j’ai jeté pas mal de choses.
Cooooooomme ?
- Beeeen, comme mes trophées.
- Tes trophées ????
- Ouaip madame.  J’vas-tu les exposer dans ma bibliothèque un jour mes trophées ?  J’vas-tu planter ma belle médaille d’argent de soccer de quand j’avais 8 ans dans le salon en guise de décoration ? NON m-a-d-a-m-e, facque byebye les trophééééées.
- Humhum, tu touches un point…heille !!!! C’est quoi ça ?  Tu jettes le carré de sable d’la p’tite ????
- Ouaip !
- Pis la belle table basse vitrée-lumineuse ?
- Ouaip !
- Pis mes beaux p’tits bancs ?
- Ouaip !
- Pis tous tes bâtons de hockey de gardien de but ???
- Vouaip !
- Pis,pis,pis…c’est quoi ça ???? Tes figurines de StarWars ?????

Oh putain !  Il a jeté sa boîte de figurines de Star Wars, dans la boîte il y avait aussi toute sa collection de petites autos et ses Transformers !!!!!

Et c’est pas tout.  J’ai trouvé en dessous de ma galerie……j’y ai trouvé….attachez bien vos tuques : son Sega pis son Nintendo !   Avec tous ses jeux.

Alors c’est ça, Ex est passé, il a tout garoché dans la cours, je suis repassée derrière lui et j’ai repris : Nintendo, Sega, figurines, ‘tites autos.  M’en fout de passer pour une bebelleuse pis une ramasseuse, je garde TOUT ce qui touche aux symboles de mon enfance.

Bon, là je vous avoue, j’ai une petite frustration, il a pas le fusil de Duck Hunt, pis moi, c’est mon plusse meilleur jeu à vie Duck Hunt.  Si vous en avez un qui marche et traîne, je l’échange contre un Sega et ses jeux n’importe quand.

Wouhouuuuuuuu !

29 April 2007

Top blogue est revienduuuuuuuuuu !

J’étais justement en train de me dire cette semaine que non, je ne m’inscrirais pas à un autre décompte de blogues afin de combler le vide intérieur s’étant créé depuis…depuis quand déjà ?  Un bon bout en tout cas !  Appelez-moi femme-fidèle si ça vous chante, j’étais profondément éprise de mon top blogue et j’arrivais pas à faire mon deuil.

Ce que  je suis heureuse qu’il soit à nouveau en ligne, c’est ce que j’appelle, un retour inespéré.

Iphigénie

28 April 2007

Iphigénie en haute-ville

Je vous racontais plus tôt cette semaine mon aventure de pas-de-coffre-à-outil, qu’en me rendant chez Rona un dimanche matin je me suis butée à une porte close.  Désespérée, je suis allée passer le temps à côté chez Raffin.  Eh bien chez Raffin, j’ai fait un achat. Trois pour être plus précise mais les deux premiers étant des livres pour bambins je vous en épargne la critique*…et, à bien y penser, celle du livre pour adulte aussi.  Je suis pourrie critique.  Très beaucoup pourrie.  Alors je vais juste vous dire 2-3 choses mais c’est seulement pour avoir la conscience tranquille.  Parce que, voyez vous, quand je tombe sur quelque chose de bon, je me sens toujours un peu messie et j’ai le goût de « partager la bonne nouvelle ».  Revenons à Raffin donc; j’errais dans les allées à la recherche d’une quelconque lecture à me mettre sous la dent et c’est là que j’ai vu une jolie table avec siégeant dessus : Iphigénie en haute-ville.  Premier constat : la couverture est jolie.  Tsé en papier mat qui se grafigne bien comme les Rupert K ?  Moi j’aime ça ce papier là alors tout de suite, j’ai été intriguée.  Je l’ai pris le livre, l’ai retourné de bord et tout de suite j’ai accroché : « L’histoire que nous nous proposons de raconter dans ces pages est celle d’un couple.  En conséquence, elle finira mal…blablabla ». Déjà je trouvais que la plume de l’auteur, François Blais de son nom, était pas mal belle.  Ce fut suffisant pour me convaincre, j’ai acheté la chose et je l’ai lue en 5 jours.  5 jours !!!!  Mais c’est long 5 jours, direz-vous !  5 jours de ma vie de monoparentale, c’est comme une soirée de ma vie de jeune fille.  5 jours : ça veut dire que c’était bon en titi.  Belle plume, plein de mots que je ne connaissais pas avant comme : s’épivarder, marri, paltoquet, subodorer, prolixe et fabliaux.  Je termine ma non-critique en vous disant ceci : Cynisme, ironie, désillusion, tout ça dans le même livre et je vous laisse avec un extrait ayant provoqué un fou rire de plusieurs minutes.  En fait l’extrait, je le lis à tout le monde depuis mercredi :

«Comment je l’ai connue ?  Assez platement.  Certains, dans leur vie amoureuse, chassent à la manière du faucon (brève période d’observation suivie d’une attaque éclair); d’autres comme le chacal (repérer les bêtes les plus faibles du troupeau – les plus saoules, les plus «mal dans sa peau», les plus connes – et fondre sur elles); d’autres encore adoptent la stratégie de l’araignée («à force de tendre des toiles dans tous les coins, je vais finir par attraper une créature quelconque»).  Moi je suis plutôt comme l’anémone : bien prêt à allonger un tentacule pour attraper ce qui passe à ma portée, mais pas question de quitter mon rocher.» p. 120

Iphigénie en haute-ville
François Blais
Les éditions de l’instant même, 2006
200 jouissives pages

*quoique l’histoire de la p’tite vache qui a perdu sa mère qu’on raconte à l’aide du livre ET des marionnettes à doigts vendues en combo, c’est le top du top.

L’anémone

28 April 2007

Si vous avez lu le billet précédent, vous avez lu le truc sur l’anémone.  Eh bien je crois que c’est tout à fait moi ça; l’anémone. Je suis une anémone sur mon rocher, ou dans son sous-sol, c’est selon.  Du haut de mon rocher, je vois pas mal de choses qui se passent.  Par exemple, je vois des faucons et des chacals et je dois dire qu’ils m’impressionnent pas mal.  Depuis mon adolescence, depuis mes 13 ans mettons, je crois que j’ai trouvé 8, garçons intéressants.  Des 8 je suis sortie avec un seul, les 7 autres n’ont soit pas passé le test de la parole ou sont restés des amoureux imaginaires parce que j’étais trop gênée.  Il y en a eu 3 autres, mais ça c’était juste pour augmenter mes statistiques d’ado parce que je vais vous le dire dans le creux de l’oreille, ils étaient lamentables.  Maintenant que je suis célibataire, je regarde un peu les garçons et habituellement ça se passe comme suit :

1- Je le trouve mignon
2- Je lui parle
3- Je le trouve fabuleux, ya un potentiel, c’est évident
4- 1-2 semaines passent
5- Finalement j’veux plus rien savoir parce que lui et moi c’est voué à l’échec et puisque je suis paresseuse, je ne vais pas investir une seule minute de mon précieux temps avec ce mec

Il y a aussi l’autre scénario :
1- Ouache !
2- Ah mais il a un beau sourire et il est gentil
3- Oui mais il a un kangourou avec des motifs d’armée dessus !!!
4- Ok, on le raye lui aussi
5- Quoique…ok, s’il fait les premiers pas il se pourrait que je lui donne une chance, mais juste une.

Il n’y a pas encore eu de scénario suivant :
1- Oh mon dieu !!! Mais c’est un homme fabuleux !!!
2- Woooooow en plus il a l’air de me trouver intéressante !!!
3- Hééééééé pis y’aime ça manger d’la ceviche !!!!! Hen quoi ?  Pis y cuisine en plus ???
4- Pis on a tous les 2 envie de se revoir une deuxième fois ?!?!?! 

Ce scénario là il arrive pas.

Et quand je suis dans le métro ou au IGA, ou au marché ou au travail ou peu importe en fait, c’est extrêmement rare que je croise un monsieur de mon goût : beau, grand, fin, fort, intelligent, allumé et drôle et potentiellement baisable.  J’en croise à peu près pas.  Je leur trouve tous un défaut insurmontable en le temps de le dire : trop petit, trop maigre, pas assez poilu, dents croches, chaîne en or dans le cou, sourire niais (on parle du premier contact ici, c’est pour ça que je parle même pas des capacités intellectuelles minimales auxquelles je tiens).  Bon, à me lire on peut croire que je suis une fille hyper difficile et euh, c’est peut-être vrai mais c’est juste relié à une question de gestion de temps.  J’ai pas de temps à perdre.  Je suis capable de monter une étagère murale, de peinturer, de faire à manger, de voyager, de rire, de me distraire, d’avoir des amis, d’apprendre, de découvrir, de dessiner.  Tout ça, je suis capable de le faire toute seule et à date franchement, je me débrouille plutôt bien.  Si ya un gars qui entre dans ma vie il faut qu’il y ait une plus-value, un bonus, sinon pourquoi je voudrais m’encombrer d’un monopolisateur de manette de télé hein ?  Pourquoi ?  Bon, ya bien la question épineuse de la vie sexuelle mais je vais vous le dire dans le creux de l’oreille : je crois que j’ai fait des réserves au cours des 10 dernières années.  Si un cota de baise existe, je l’ai plafonné après 2 ans de vie de couple, tout les reste a été emmagasiné pour la traversée du désert.  Que je fais actuellement…et il me reste des réserves pour…..ahhhh…un bout de temps encore!  Bon, ok,ok, des fois je me peux plus… mais vous savez quoi ?  C’est bizarre, au bout de quelques jours ça passe.  Ça revient voui, mais ça repasse aussi !  J’appelle ça ma découverte de la décennie.

Pourquoi de vous parle de ça ???  Parce que je remarque, en lisant plein de blogues, qu’il y a du monde qui vivent leur vie amoureuse à l’inverse complètement de la mienne et ça me fascine.  Je veux dire vraiment.  J’arrive pas à concevoir que quelqu’un puisse rencontrer l’homme/femme de sa vie à tous les mois.  Ça me jette sur le cul.  Et ça me fait me poser tout plein de questions comme : « ??? », « ??? » ou encore « ??? ».  Alors c’est quoi ça, une gamique ?  C’est ty qu’il y aurait des personnes moins capricieuses que d’autres ?  Plus dépendantes affectives ?  Qu’une loi de la nature pas encore découverte veuille que certaines personnes croisent 78 personnes intéressantes la même année et moi juste la moitié d’un ?  Je veux dire, heille, dans la tour où je travaille ya 2 gars cutes : dont un qui porte des souliers pointus (et donc qui est rayé de ma liste depuis belle lurette). Y’a presque 6000 âmes qui se promènent dans cette tour là bazouelle !

En attendant que la réponse me tombe du ciel, je reste sur mon rocher et j’admire les pros à l’œuvre.  Qui sait, peut-être qu’à force de les observer je vais comprendre ce qui m’échappe depuis des lustres ?  Si vous avez des explications à me fournir sur le phénomène; je suis preneuse.

L'anémone

28 April 2007

Si vous avez lu le billet précédent, vous avez lu le truc sur l’anémone.  Eh bien je crois que c’est tout à fait moi ça; l’anémone. Je suis une anémone sur mon rocher, ou dans son sous-sol, c’est selon.  Du haut de mon rocher, je vois pas mal de choses qui se passent.  Par exemple, je vois des faucons et des chacals et je dois dire qu’ils m’impressionnent pas mal.  Depuis mon adolescence, depuis mes 13 ans mettons, je crois que j’ai trouvé 8, garçons intéressants.  Des 8 je suis sortie avec un seul, les 7 autres n’ont soit pas passé le test de la parole ou sont restés des amoureux imaginaires parce que j’étais trop gênée.  Il y en a eu 3 autres, mais ça c’était juste pour augmenter mes statistiques d’ado parce que je vais vous le dire dans le creux de l’oreille, ils étaient lamentables.  Maintenant que je suis célibataire, je regarde un peu les garçons et habituellement ça se passe comme suit :

1- Je le trouve mignon
2- Je lui parle
3- Je le trouve fabuleux, ya un potentiel, c’est évident
4- 1-2 semaines passent
5- Finalement j’veux plus rien savoir parce que lui et moi c’est voué à l’échec et puisque je suis paresseuse, je ne vais pas investir une seule minute de mon précieux temps avec ce mec

Il y a aussi l’autre scénario :
1- Ouache !
2- Ah mais il a un beau sourire et il est gentil
3- Oui mais il a un kangourou avec des motifs d’armée dessus !!!
4- Ok, on le raye lui aussi
5- Quoique…ok, s’il fait les premiers pas il se pourrait que je lui donne une chance, mais juste une.

Il n’y a pas encore eu de scénario suivant :
1- Oh mon dieu !!! Mais c’est un homme fabuleux !!!
2- Woooooow en plus il a l’air de me trouver intéressante !!!
3- Hééééééé pis y’aime ça manger d’la ceviche !!!!! Hen quoi ?  Pis y cuisine en plus ???
4- Pis on a tous les 2 envie de se revoir une deuxième fois ?!?!?! 

Ce scénario là il arrive pas.

Et quand je suis dans le métro ou au IGA, ou au marché ou au travail ou peu importe en fait, c’est extrêmement rare que je croise un monsieur de mon goût : beau, grand, fin, fort, intelligent, allumé et drôle et potentiellement baisable.  J’en croise à peu près pas.  Je leur trouve tous un défaut insurmontable en le temps de le dire : trop petit, trop maigre, pas assez poilu, dents croches, chaîne en or dans le cou, sourire niais (on parle du premier contact ici, c’est pour ça que je parle même pas des capacités intellectuelles minimales auxquelles je tiens).  Bon, à me lire on peut croire que je suis une fille hyper difficile et euh, c’est peut-être vrai mais c’est juste relié à une question de gestion de temps.  J’ai pas de temps à perdre.  Je suis capable de monter une étagère murale, de peinturer, de faire à manger, de voyager, de rire, de me distraire, d’avoir des amis, d’apprendre, de découvrir, de dessiner.  Tout ça, je suis capable de le faire toute seule et à date franchement, je me débrouille plutôt bien.  Si ya un gars qui entre dans ma vie il faut qu’il y ait une plus-value, un bonus, sinon pourquoi je voudrais m’encombrer d’un monopolisateur de manette de télé hein ?  Pourquoi ?  Bon, ya bien la question épineuse de la vie sexuelle mais je vais vous le dire dans le creux de l’oreille : je crois que j’ai fait des réserves au cours des 10 dernières années.  Si un cota de baise existe, je l’ai plafonné après 2 ans de vie de couple, tout les reste a été emmagasiné pour la traversée du désert.  Que je fais actuellement…et il me reste des réserves pour…..ahhhh…un bout de temps encore!  Bon, ok,ok, des fois je me peux plus… mais vous savez quoi ?  C’est bizarre, au bout de quelques jours ça passe.  Ça revient voui, mais ça repasse aussi !  J’appelle ça ma découverte de la décennie.

Pourquoi de vous parle de ça ???  Parce que je remarque, en lisant plein de blogues, qu’il y a du monde qui vivent leur vie amoureuse à l’inverse complètement de la mienne et ça me fascine.  Je veux dire vraiment.  J’arrive pas à concevoir que quelqu’un puisse rencontrer l’homme/femme de sa vie à tous les mois.  Ça me jette sur le cul.  Et ça me fait me poser tout plein de questions comme : « ??? », « ??? » ou encore « ??? ».  Alors c’est quoi ça, une gamique ?  C’est ty qu’il y aurait des personnes moins capricieuses que d’autres ?  Plus dépendantes affectives ?  Qu’une loi de la nature pas encore découverte veuille que certaines personnes croisent 78 personnes intéressantes la même année et moi juste la moitié d’un ?  Je veux dire, heille, dans la tour où je travaille ya 2 gars cutes : dont un qui porte des souliers pointus (et donc qui est rayé de ma liste depuis belle lurette). Y’a presque 6000 âmes qui se promènent dans cette tour là bazouelle !

En attendant que la réponse me tombe du ciel, je reste sur mon rocher et j’admire les pros à l’œuvre.  Qui sait, peut-être qu’à force de les observer je vais comprendre ce qui m’échappe depuis des lustres ?  Si vous avez des explications à me fournir sur le phénomène; je suis preneuse.

C'est ben pour dire !

27 April 2007

C’est ben pour dire… je suis allée faire ma virée magasinage bi-annuelle tantôt.  J’ai acheté tout plein de beaux chandails et de pantalons et de bandeaux pour les cheveux.  Il me manque juste un soutient-gorge et une paire de souliers d’été.  Fallait que je vous parle de mon cas désespéré pour me motiver à me prendre en main on dirait. 

Mais….ne vous inquiétez pas… si tout se passe comme d’habitude, d’ici mon anniversaire, je vais re-avoir l’air de pas faire attention à mon apparence.  J’espère ne pas rencontrer l’homme de ma vie d’ici là… il risque de s’imaginer que je suis "belle de même" tout le temps !  Ça me mettrait la barre trop haute.  Tsé.

Je déteste vraiment magasiner.  Mon meilleur moment ce soir ça a été le retour alors que je marchais parmi les gros buildings du centre-ville.  L’air était frais et les buildings jolis.  Ça sentait le printemps et l’amour partout autour et y’avait tout plein de touristes heureux qui se promenaient.

Décidément, je commence à aimer le centre-ville moi.  De plus en plus.  Et là, le soir, dans les rues éclairées remplies de gens, je me suis sentie comme une japonaise.   Je sais pas pourquoi, mais j’ai eu l’impression que ça doit être de même habiter à Tokyo : marcher parmi les gros buildings, croiser tout le temps plein de monde et prendre le métro.  Je réalise qu’il est beau notre centre-ville à Montréal.  Pis je l’aime.  Pis là j’ai un beau chandail rayé rose et rose pis une nouvelle BD.  Vive le vendredi ! 

Prête pas prête j’y vaaaaas

26 April 2007

Je sais pas si je vous l’ai déjà dis alors je prends une chance ce soir : je suis pas une vraie fille.  Comme dans…j’aime pas me maquiller, j’aime pas magasiner, j’ai les goûts les plus douteux du monde en matière d’habillement et j’ai aucun amour propre en ce qui concerne mon apparence.  Je suis incontestablement du type «prête pas prête j’y vas».  Des fois ça paraît pas trop mon affaire.  Par exemple suite à une de mes 2 séances de magasinage par année, j’ai l’air d’une fille normale et ce pour une période pouvant durer de 2 à 4 semaines, ça dépend des folies que j’ai fait.  Après ça je ne sais pas trop ce qui arrive, on dirait que je perds du linge, ou que je me rends compte que ça va pas pantoute ensemble un top rose avec des pantalons rayés verts et bleus et je redeviens l’image de moi-même : une fille qui sait pas s’arranger.  Vraiment pas.  Je suis persuadée que je pourrais gagner des concours d’Halloween avec mon kit habituel.  Ce serait pas si grave mon affaire si j’avais pas des éclairs de lucidité des fois.  Comme ce matin où, dans le métro, j’ai réalisé que la punkette tout croche en face de moi avait plus de concept que moi.  Elle, elle avait clairement une constance dans son habillement alors que moi, avec mes souliers rouges, mes bas noirs avec des p’tis chiens beiges, mon pantalon vert et bleu, mon chandail rose nananne, le foulard rayé bleu et blanc de ma fille et mon coat de soccer vert caisse populaire desjardin…c’était clair que j’avais aucune constance, qu’il n’y avait a-b-s-o-l-u-m-e-n-t aucune vision derrière la chose.  J’avais l’air de m’en aller jouer dans un vieux vidéo-clip de Sinclair.  Peut-être que vous lecteurs, êtes en train de vous dire que ça doit pas être si pire que ça et qu’au moins j’ai une belle coiffure (à ce qui paraît).  Eh bien pas tout à fait parce que voyez vous, pour ma tête aussi c’est « prête pas prête j’y vas ».  Le matin j’arrive devant mon miroir remplie de bonnes intentions mais au bout de 2 minutes, j’suis déjà tannée.  On dirait que je suis dotée d’une fonction cérébrale de renforcement positif qui me dit : « ça doit pas être si pire que ça, ta mère pis tes mononcs te trouvent cute pareil » …et donc; je sors de même dehors.  Aujourd’hui, je vais vous le dire franchement : j’avais une tête de gland.  Une vraie de vraie.  C’était criant de vérité.  Eh bien…je suis sortie de la maison de même, je suis allée travailler de même, je suis même aller manger avec une amie de même. 

Je suis vraiment une mésadaptée de l’apparence.  Ainsi donc, tous les dictats de la mode moderne comme :
Agencer ses souliers avec sa ceinture et son chapeau
S’assurer que sa coiffure tienne le coup toute la journée
Trouver la bonne couleur de fond de teint
Toujours avoir un bon cache-cernes sous la main
L’eye liner sera ton meilleur ami

Ben je les suis pas, j’ai pas le goût de les suivre. J’ai toujours pas compris où ça va du eye liner, quand je suis cernée je me dis que c’est ben normal vu que j’ai dormi juste 4 heures alors j’accepte ma situation sans broncher, le fond de teint j’ai essayé d’en trouver de ma couleur mais ça existe pas on dirait ce qui fait que si je me cache un bouton j’ai l’air de m’être mis un truc pour essayer de me cacher un bouton.  Quand j’essaie de me mettre du rouge à lèvres je dépasse…bref l’horreur, je prévoie que d’ici 3-4 ans ma fille va en savoir plus sur le maquillage que j’en aurai appris en toute une vie. En attendant qu’elle prenne ma situation en main je vous donne mes 2 seuls trucs beauté : si vous voulez avoir un beau teint sortez dehors et c’est pas une mauvaise idée de se curez les oreilles régulièrement.

J’ai déjà envisagé de prendre des cours privés de comment être une vraie fille mais je me connais assez pour savoir 2 choses : je ferais semblant d’écouter et le peu que j’apprendrais je l’oublierais en le temps de le dire.  Je suis donc condamnée pour toujours et à jamais à être la seule fille qui matche pas dans un party.  Oh well, s’il fait assez sombre j’arriverai peut-être à me pogner un daltonien  ?

Evil twin

25 April 2007

Grosso modo, ça fait 5 mois que je suis séparée.  Oh !  5 mois !  Que le temps passe vite !!!  5 mois que je vis toute seule, que je suis une grande fille responsable et à son affaire. Que je fais des projets qui n’impliquent que moi.  Que je découvre à petits pas qui je suis et qui je ne suis pas.  En 5 mois, j’en ai fait beaucoup des constats.  Comment aurais-je pu faire autrement d’ailleurs ?  C’est clair que quand tu sors d’une relation aussi longue et que ça floppe ta vie éclate en mille morceaux, tu te dois de te poser des questions de base.  Comme qui suis-je ?  Où vais-je ?  Suis-je heureuse ?  Oui ok, mais qui suis-je ???  C’est un peu con comme question mais quand tu passes 10 ans à penser en fonction de deux personnes, tu réalises que tu t’oublies quand même pas mal.  Par exemple, je réalise que j’aime vraiment beaucoup les gnocchis alfredo.  Le maudit spaghetti sauce à viande : pus capable !  J’aime plus le vin blanc, j’ai juste envie de boire du rouge.  Je me couche plus à 2 h du matin, mon heure c’est 11h-minuit.  C’est des trucs nonos mais bon, je savais pas ça de moi avant décembre dernier.

Y’a un autre phénomène surprenant qui est survenu avec ma séparation et ça m’intrigue/étonne vraiment beaucoup : j’ai comme des pulsions de revivre ma vie de jeune fille perdue.  Seulement voilà….jeune fille je ne suis plus…et je l’avais pas perdue, j’avais fait une croix dessus délibérément.  Si j’ai passé la moitié de ma vingtaine enfermée dans mon sous-sol à écouter l’intégrale des Tom Sawyer, des Cités d’or, d’Albator et tout plein de films obscurs, c’était par choix.  J’étais bien, j’avais pas le goût de sortir.  Point.  Moi, je comprends trèèès bien cela, mais il y a une partie de moi, appelons-la Evil twin, qui pense que c’est de la faute de mon ex et que plein d’autres choses sont de la faute de mon ex, comme le fait que je ne fume plus par exemple.  Evil twin me fait suer beaucoup ces temps-ci parce que j’aime pas ça sortir de chez moi.  Ça me divertit un peu de sortir mais au bout de 3-4 heures, je m’ennuie de mon sofa.  Evil twin pense que pour être équilibrée je devrais sortir boire avec les copains.  Evil twin est frue parce que toutes mes copines sont enceintes ou outre-mer (ça limite les sorties, dans des bars du moins).  Bien fait pour Evil twin que je me dis, en attendant de trouver le moyen de la faire taire j’ai trouvé le moyen de la tenir en laisse. Là où j’échoue lamentablement, c’est avec la cigarette.  J’ai arrêté de fumer il y a 7 ans.  J’ai pas fumé durant les 3 premières années, dutoutdutout.  Ensuite j’ai peut-être demandé quelques clopes mais pas souvent, ma seule amie fumeuse habitais NDG, ça restreint la dose.  Ensuite je suis tombée enceinte alors il fut hors de question de demander ne serais-ce qu’une pof.  Puis la séparation.  Evil twin, as de la manipulation, m’a fait accroire que si j’en fumais juste une ce serait ok.  Ce le fut.  Wow !  Je peux être une fumeuse sociale que je me suis dis !  Seulement voilà, peu à peu, Evil twin m’a martelé de messages sournois : « on s’en fout si tu fumes un peu, du moment que c’est pas devant ta fille », « ah pis hein, c’est pas une ou deux cigarettes qui vont te faire du tort », « ouais mais t’es forte toi, tu recommenceras jamais pour de vrai ».  Seulement voilà, à force de demander des cigarettes à vieille fille finie, j’ai fini par y prendre goût.  À apprécier ma longue marche du retour la cigarette au bec.  À savourer chaque pof prise sur ma galerie en regardant les étoiles.  À me délecter de tous mes souvenirs d’ex-fumeuse si profondément enfouis depuis 7 longues années.  Il y a une partie de moi, Evil twin, pour ne pas la nommer, qui essaie de me dire que quand je fumais ma vie était plus jolie.  C’est cheap rare de sa part à Evil twin.

Un soir, elle me criait tellement fort d’aller m’acheter un paquet que j’y suis allée au dépanneur.  Mais je ne lui ai pas donné entière satisfaction, j’ai acheté le truc le plus ignoble (à ma connaissance) de l’étalage de tabac, j’ai nommé : un paquet de Colts.  J’étais bien fière de moi. Ça va goûter tellement méchant qu’à va se la fermer l’Evil twin, yéééé.  Depuis presque deux semaines, un soir sur deux, je grille une Colts qui-goûte-le-cul-mais-pas-tant-que-ça-en-fin-de-compte-sauf-que-c’est-poche-que-le-filtre-soit-en-plastique sur le balcon.  Un quart de Colts en fait (parce qu’une, réellement, ce serait trop fort pour mon p’tit corps).  Je fais des p’tits ronds avec ma boucane, je regarde les étoiles…et je me fais un plan.  Il me reste 3 soirs à fumer et puis après, c’est ben plate, mais je ne pourrai plus en griller.  Plus une.  Même pas une pof.  Parce que ça ne vous quitte jamais la nicotine.  Ceci dit, vous pouvez être sûrs que le jour où je rentre en maison de retraite je recommence à en griller, en cachette, sur le balcon, en admirant les étoiles et en repensant à ma vie de jeune fille. Du coup ça me fait un peu moins peur de vieillir, parce que je sais que quand je serai septuagénaire, j’aurai quand même droit à un petit bonbon.

pffff

Intermède

24 April 2007

Des fois t'as une page blanche pis ça donne ça en bout de ligne.  D'où sortent ces personnages ??? Mais d'où sortent-ils ???